Afrique

Niger : Sept opposants transférés à la prison de Niamey

- Arrêtés dimanche dernier, ils sont accusés du délit de «tapage nocturne».

Esma Ben Said  | 09.02.2018
Niger : Sept opposants transférés à la prison de Niamey

Niger

AA/Niamey/Kané Illa

Sept des dix opposants arrêtés dimanche dernier pour « tapage nocturne » ont été transférés, vendredi, à la prison civile de Niamey, a appris Anadolu d’une source de l’opposition.

«Parmi nos dix militants arrêtés, trois ont été libérés et les sept autres ont été placés sous mandat de dépôt à la prison civile de Niamey», a indiqué Mahamane Laouali Mato, vice-président du «Front de l’opposition indépendante (FOI)», dans une déclaration à Anadolu.

«On les accuse du délit de tapage nocturne. Nous avons tenté de rencontrer le procureur de la République pour en savoir plus, mais ce dernier ne nous a pas reçus», précise la même source.

Le dimanche 4 février dernier, dix militants de l’opposition avaient été arrêtés et conduits dans les locaux de la Police judiciaire de Niamey, alors qu’ils assistaient à un sit-in organisé par le FOI pour protester contre la nouvelle loi de finances et la présence des bases militaires au Niger.

Démarrée dans la matinée, la manifestation s’est poursuivie jusque tard dans la nuit. Selon le vice-président du FOI, «c’est aux environs de 23h (22h GMT) que la police est arrivée sur les lieux et a procédé à l’arrestation des manifestants».

Le pouvoir n’a fait aucune déclaration par rapport à l’arrestation des opposants.

Depuis plusieurs semaines, des organisations de la société civile et les partis politiques de l’opposition multiplient les manifestations contre la nouvelle loi de finances, dont ils jugent certaines mesures «antisociales» et la présence des bases militaires étrangères, principalement celles françaises, qu’ils considèrent comme une «recolonisation».

Le dimanche 28 janvier dernier, la société civile avait lancé des «Journées d’actions citoyennes», consistant à organiser des marches et des meetings toutes les deux semaines, jusqu’à ce que le gouvernement revienne sur les «mesures antisociales» contenues dans la loi de finances.

Les députés de l’opposition ont récemment effectué des tournées dans toutes les régions du Niger, en vue «de sensibiliser les populations sur les conséquences néfastes de la nouvelle loi de finances».

La société civile a appelé à de nouvelles manifestations dimanche prochain. Aucune négociation n’est encore entamée entre le gouvernement et les organisations de la société civile et l’opposition.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın