Afrique

Mali : le Haut conseil Islamique négociera avec Iyad Ag Ghaly et Amadou Kouffa

-L'application de la Charia n'est pas négociable rappelle Fayké Papus Sissoko Expert chargé de la stratégie de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme au ministère des Affaires religieuses, du culte et des coutumes

Ekip   | 19.10.2021
Mali : le Haut conseil Islamique négociera avec Iyad Ag Ghaly et Amadou Kouffa

Mali

AA / Bamako / Amarana Maiga

Le gouvernement malien a chargé le Haut Conseil islamique (HCI) de négocier avec le Groupe de Soutien à l'Islam et aux Musulmans (GSIM) dirigé par Iyad Ag Ghaly et Amadou Kouffa.

« Oui, bien sûr, nous avons été dépêché par le ministre des Affaires religieuses pour aller rencontrer le Haut Conseil Islamique pour voir les voies et moyens comment entamer la négociation bel et bien avec nos frères détenteurs d'armes Amadou Kouffa et Iyad Ag Ghaly », a indiqué à l'Agence Anadolu Fayké Papus Sissoko, expert chargé de la stratégie de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme au ministère des Affaires religieuses, du culte et des coutumes.

« Il s'agit d'engager un processus avec eux et étudier quelles sont leurs revendications et, sinon, commencer à étudier les éléments sur lesquels nous devons négocier. Il y a pas mal de revendications qui ne sont pas souvent clarifiés, tantôt indépendantistes, tantôt l'application de la charia parfois économique. Quand on engage un tel processus, nous devons nous donner le temps d'étudier un peu les paramètres. Les éléments sur lesquels nous devons nous mettre ensemble pour discuter », explique la même source.

Fayké Papus Sissoko précise, en outre, qu'aucun contact n'a été pris, à ce jour, avec le Groupe de Soutien à l'Islam et aux musulmans.

« Nous comptons beaucoup sur le Haut Conseil Islamique pour être au four et au moulin dans cette procédure, vu leur position, leur neutralité ça nous permet de mener à bien cette mission. Notre stratégie, c'est d'utiliser le HCI pour pouvoir mener la négociation, mais sur la base des éléments que nous gouvernement nous allons soumettre » a-t-il souligné.

En outre, l'Expert chargé de la stratégie de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme au ministère des Affaires religieuses, du culte et des coutumes rappelle que l'application de la Charia n'est pas négociable.

« S'il s'agit de l'application de la Charia, le gouvernement a toujours été clair sur ce point. Nous ne sommes pas d'accord. Nous sommes une république laïque, ça, c'est un point non-négociable. Mais nous ne pouvons pas dire avec certitude voici les éléments sur lesquels nous allons discuter » a-t-il déclaré.

Pour rappel l'ancien Premier ministre malien Moctar Ouane avait ouvertement réaffirmé l’intention de son gouvernement d'aller dans ce sens en rappelant qu’il s’agissait « d’une volonté des Maliens, exprimée lors du Dialogue national inclusif (DNI) tenu en 2019 ».

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın