Türkİye

La coopération de Merkel avec Ankara est une obligation (experts)

- Des experts ont commenté la visite prochaine de la Chancelière allemande, Angela Merkel.

Meltem Bulur, Ecenur Çolak   | 01.02.2017
La coopération de Merkel avec Ankara est une obligation (experts)

Ankara

AA - Ankara

"La politique migratoire" de la Chancelière Allemande, Angela Markel, sera l’un des sujets majeurs qui seront traités lors de sa visite prochaine en Turquie, le 2 février 2017.

Des experts ont commenté la visite prochaine de Merkel, dans des déclarations accordées à l’Agence Anadolu.

Ils ont tous souligné l’importance pour Angela Merkel, qui traverse une période difficile en terme de politique intérieur, d’être rassurée que la Turquie obéira à l’accord sur les réfugiés afin d’empêcher de nouveaux flux migratoires.

Ils ont par ailleurs noté qu’une baisse a été observée dans les relations commerciales entre la Turquie et l’Allemagne, due aux tensions politiques vécues au cours de la récente période. Selon eux, des messages positives seront donnés en ce sens lors de la visite.

Les relations Turquie-Union Européenne, qui ont fait l’objet de certaines tensions au cours de la récente période, l’approche de l’Allemagne envers les organisations terroristes PKK et FETO, ainsi que les relations commerciales entre les deux pays seront notamment traitées lors de cette rencontre.

Dans une déclaration à Anadolu, Prof. Dr. Birgul Demirtas, enseignante à l’Université économique et technologique TOBB, a affirmé que la visite de Merkel revêt une importance particulière, car elle a été programmée juste avant le référendum prévu en avril, en Turquie, et les élections législatives prévues en septembre, en Allemagne.

"La Turquie et l’Allemagne sont deux pays qui ressentent le besoin de coopérer en raison de leur intérêts communs, malgré leurs approches différentes en terme de sécurité et de politique extérieure", a-t-elle dit.

"La pérennité de l’accord sur les réfugiés, signé entre la Turquie et l’Union-Européenne, en 2016, est l’un des sujets principaux qui occupe le gouvernement de Berlin. Pour empêcher la montée du parti d’extrême droite, Alternative pour l’Allemagne (AfD), le gouvernement de Merkel est conscient de la nécessité d’empêcher l’augmentation des traversées des migrants. Raison pour laquelle, la coopération avec Ankara devient une obligation. L’un des objectifs de Merkel est de rendre durable la coopération dans ce domaine", a-t-elle estimé.

Pour sa part, le Prof. Dr. Huseyin Bagci, enseignant en Relations Internationales à l’Université ODTU, a affirmé que les relations bilatérales seront traitées dans tous leurs aspects, lors de cette visite.

"Car il y a eu une baisse dans les relations commerciales. A la suite de la visite récente de la Première ministre britannique, Theresa May, un développement a été observé dans les relations Turquie- Angleterre".

"Si la Turquie permet la traversée des personnes via la Grèce, alors l’UE devra réaliser une intervention commune […]. C’est en ce sens que la Turquie dispose d’un grand avantage. La première inquiétude de l’Allemagne est ceci", a-t-il dit.

"Sa seconde inquiétude repose sur les développements en Syrie, notamment concernant l’Opération Bouclier de l’Euphrate. On dirait que l’Allemagne ne se trouve pas à l’intérieur de cette affaire, mais en réalité, elle y est présente. L’attitude de l’Allemagne est positive concernant l’autonomie Kurde, qui est une ligne rouge pour la Turquie", a-t-il ajouté.

"C’est en ce sens que les relations bilatérales seront traitées à l’échelle régionale et internationale", a-t-il conclu.



Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın