Afrique

RDC : Scandale financier sur fond de conflit avec le camp Kabila

Des centaines de millions de dollars auraient été détournés

Fatma Bendhaou   | 19.11.2020
RDC : Scandale financier sur fond de conflit avec le camp Kabila

Kinshasa


AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

L’inspection générale des finances (IGV) de la république démocratique du Congo (RDC) a affirmé, mercredi à Kinshasa, que des centaines de millions de dollars ont été détournés dans divers établissements et projets étatiques, dont le parc agro industriel de Bukanga-Lonzo. Cette affaire Bukanga-Lonzo est considérée comme le plus grand scandale financier sous les règnes de l’ex-président Joseph Kabila.

Sur ce projet lancé avec pompe en 2014, 205 des 285 millions de dollars décaissés par l’Etat, avaient été détournés, a affirmé, Jules Alingete, inspecteur général des finances.

« L'inspection générale constate que l'échec de ce projet était déjà planifié dès sa conception. », a-t-il ajouté.

Selon ce responsable, « 80% des paiements surfacturés ont été logés dans un compte se trouvant en Afrique du Sud où les complices se retrouvaient régulièrement pour se partager le butin. ».

L’IGF a également enquêté sur la paie des enseignants depuis mi- 2019. Les enquêteurs n’ont pas réussi à tracer plus de 32 millions de dollars détournés soit par la « création d'écoles et d'enseignements fictifs ou par des fausses factures pour justifier certaines dépenses ».

Quant à la régie des voies aériennes (RVA) qui perçoit des taxes sur chaque voyageur, quelques six millions de dollars n’ont pas été tracés, selon les résultats de l’enquête.

Les enquêtes ont également visé la gestion de la province de l’équateur dans le nord-ouest du pays. L’IGF a constaté la non comptabilisation de quelque 500 000 USD.

Dans cette province, les inspecteurs ont relevé le « bradage du patrimoine de la province ».

Certains responsables de ces détournements présumés sont des ex-mandataires ou ministres devenus parlementaires. L’inspection générale des finances a fait remarquer que « certaines personnes impliquées dans ces détournements de fonds, achètent par la suite des voix pour se faire élire au parlement et se mettre ainsi à l'abri des poursuites ».

Le camp de l’ex-président Joseph Kabila, le Front commun pour le Congo (FCC), auquel appartiennent plusieurs personnalités citées dans ce scandale financier, n’a pas encore réagi. Le chef de l’inspection générale des finances a annoncé avoir remis les résultats de son rapport aux instances judiciaires pour d’éventuelles poursuites.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın