Afrique

RDC : prison à vie pour l’ancien chef de milice "Cheka"

-Pour viol massif, recrutements d’enfants, pillages, meurtres, assassinats, esclavage sexuel et incendie de plusieurs villages.

Lassaad Ben Ahmed   | 23.11.2020
RDC : prison à vie pour l’ancien chef de milice "Cheka"

Congo, The Democratic Republic of the

AA / Goma / Pascal Mulegwa

La justice congolaise a condamné pour une peine de prison à vie, lundi, l'ancien chef de milice, Tabo Ntaberi, alias Cheka, pour viol massif, recrutements d’enfants, pillages, meurtres, assassinats, esclavage sexuel et incendie de plusieurs villages du territoire de Walikale, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Le procès du fondateur de la milice Nduma Defence Of Congo (NDC) qui s’était rendu auprès d’une base de l’ONU en Juillet 2017, avait démarré un an plus tard en 2018.

Le tribunal militaire du Nord - Kivu, siégeant à Goma, chef-lieu de cette province riche en minerais, a prouvé le recrutement d’enfants soldats par le NDC, citant le témoignage d'un enfant enrôlé de force à l’âge de 9 ans après le meurtre de toute sa famille.

Cet enfant était venu faire face Cheka devant le tribunal, en 2019, l'accusant d’avoir « voler son enfance».

Des combattants du NDC étaient soupçonnés d’avoir violé près de 400 civils, dont 300 femmes, 23 hommes et 61 enfants dans 13 villages sur l’axe Kibua-Mpofi dans le Walikale entre le 30 juillet et le 2 août 2010, selon l’ONU qui avait, en outre, documenté pas moins 154 enfants recrutés par ce groupe armé créé en 2009.

Une partie de cette milice a fait dissidence et formé le NDC-Renouveau qui mène régulièrement des combats contre le NDC-Cheka et l’armée congolaise. Les deux groupes rivaux prétendent vouloir « libérer les mines » de Walikale dans la province du Nord-Kivu, en les ôtant au contrôle du gouvernement.

Le NDC est considéré par l’ONG Américaine Human Rights Watch (HRW) comme le plus grand groupe armé congolais.

Dans son nouveau rapport « Pour l’armée, avec l’armée, comme l’armée ? », publié le 13 mai 2020, le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) avait affirmé que la faction de NDC-R commandée par Guidon Shimiray ( un ancien collaborateur de Cheka) participait à une « guerre par procuration menée par l’armée, celle-ci sous-traitant des opérations militaires contre quelques autres milices et groupes armés locaux ou étrangers ».

Le rapport s'appuyait sur les résultats d’un an et demi de recherches sur terrain menant à l’obtention de nombreux documents et de 90 entretiens, entre autres, avec des combattants du NDC ainsi que des sources politiques, diplomatiques et sécuritaires.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın