Afrique

RDC: Des agences onusiennes très "inquiètes" face à l'insécurité dans l'est

-Au moins 100 personnes auraient été tuées lors d’attaques violentes dans la région de Beni, dans la province du Nord-Kivu, depuis le 2 novembre.

Nadia Chahed   | 30.11.2019
RDC: Des agences onusiennes très "inquiètes" face à l'insécurité dans l'est

Tunis

AA/Tunis

Plusieurs agences des Nations Unies ont exprimé leurs inquiétudes concernant le sort des civils pris au piège des violences dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a rapporté l'ONU sur site.

Selon des informations rapportées au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), au moins 100 personnes auraient été tuées lors d’attaques violentes dans la région de Beni, dans la province du Nord-Kivu, depuis le 2 novembre, précise la même source.

" Des informations alarmantes provenant de la région donnent à penser que des personnes sont prises au piège" , a déclaré le porte-parole du HCR, Charlie Yaxley, lors d’un point de presse vendredi à Genève.

Les tensions à Beni n’ont cessé de croître depuis le lancement, le 30 octobre dernier, d’une opération sécuritaire menée par le gouvernement congolais contre le les rebelles ougandais de l’ADF.

Des groupes armés ont pris pour cible des civils et des populations déplacées dans la région, tuant des dizaines de personnes. "Des milliers de civils ont été déplacés dont majoritairement des femmes et des enfants", a encore déplore Yaxley.

Selon le HCR, d’autres déplacements massifs de populations ont été signalés dans les localités de Mbau et d’Oicha, au nord de Beni. Les gens se réfugient dans la ville de Beni pour tenter de fuir les attaques et les combats en cours entre les forces armées congolaises (FARDC) et les ADF.

L’insécurité actuelle s’ajoute à une situation de déplacement déjà complexe au Nord-Kivu, avec 1,5 million de personnes déplacées à l’intérieur du pays, indique encore l'ONU.

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) a indiqué avoir suspendu une partie de ses distributions de nourriture dans le cadre de la riposte à Ebola dans la zone de Beni en raison de l’insécurité.

"En raison de l’insécurité accrue, les activités d’intervention face à Ebola, y compris les distributions alimentaires, ont été temporairement interrompues. Le PAM reste opérationnel et prêt à répondre à toute demande d’appui", a déclaré vendredi le porte-parole du PAM à Genève, Hervé Verhoosel.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été également contrainte de relocaliser ses collaborateurs non essentiels après le décès de quatre membres d’équipes anti-Ebola dans deux attaques armées dans la nuit de mercredi à jeudi.

Depuis une semaine, plus de 200 collaborateurs de l’ONU ont été relocalisés de Beni vers Goma et d’autres villes congolaises en raison des violences dans la région, précise enfin l'ONU.


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın