Afrique

RDC : affluence de déplacés vers une base de l’ONU après des violences en Ituri

- Le bureau de Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha) a indiqué dans une déclaration aux médias que plus de 50 000 déplacés sont arrivés dans la localité de Roe, située dans la province de l’Ituri.

Lassaad Ben Ahmed   | 25.11.2021
RDC : affluence de déplacés vers une base de l’ONU après des violences en Ituri

Congo, The Democratic Republic of the

AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

Des milliers de déplacés craignant pour leur vie se sont rapprochés d’une base temporaire de l’ONU dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) où des miliciens se sont attaqués à plusieurs localités, incendiant même un camp de déplacés près d’une mission catholique, le week-end dernier.

Le bureau de Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha) a indiqué dans une déclaration aux médias que plus de 50 000 déplacés sont arrivés dans la localité de Roe, située dans la province de l’Ituri.

Ils ont notamment fui la localité de Drodro, investie dimanche dernier par des miliciens de la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco). Le bilan officiel fait état de 29 morts.

« Nous passons la nuit dehors. Nous nous abritons ici seulement pour la sécurité, mais déjà, il y a des cas de malade chez les enfants», a confié à l'Agence Anadolu, Josaphat Pilo, l’un des responsables des déplacés campés aux environs d’une base temporaire des Casques bleus de la Mission des Nations Unies en RDC(Monusco).

« Beaucoup ont manifesté la volonté de retourner dans leurs localités respectives, mais le tronçon à parcourir est un sanctuaire de tueurs », a encore déclaré ce responsable.

La Monusco a annoncé avoir renforcé les effectifs de ses Casques bleus à Roe pour sécuriser les déplacés.

L’accès humanitaire s’est réduit de manière considérable ces dernières semaines dans le territoire de Djugu, entraînant la suspension des mouvements de 17 organisations humanitaires, d’après les Nations Unies.

Cette situation affecte l’accès de près de 320 000 personnes à une aide vitale et urgente à Drodro, Fataki, Nizi, Lita, Bambu et Mangala, explique une note de l'ONU, communiquée aux médias.

« La population de la province de l’Ituri est victime de l’augmentation des violences », a déclaré, pour sa part, le chef humanitaire des Nations Unies en RDC, David McLachlan-Karr.

L’Ituri est une des provinces les plus affectées par les déplacements de population en République démocratique du Congo.

D’après les Nations Unies, Plus de 1,7 million d’hommes, femmes et enfants sont déplacés à l’intérieur de la province, dont plus d’un tiers dans le territoire de Djugu ; les enfants représentent 52% des personnes déplacées.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın