Afrique

RDC : 800 enfants séparés de leur famille à cause des violences armées (CICR)

-A la suite du regain de violence dans le territoire du Rutshuru

Ekip   | 25.06.2022
RDC : 800 enfants séparés de leur famille à cause des violences armées (CICR)

Kinshasa

AA/ Kinshasa/ Pascal Mulegwa

Les affrontements dans un territoire de l’Est de la République démocratique du Congo entre soldats et rebelles du M23 ont séparé près de 800 enfants de leurs familles, a affirmé samedi le Comité international de la croix rouge se disant « préoccupé par un nombre croissant de demandes de recherche des membres de familles dispersés, tant en RDC qu’en Ouganda ».

« A ce jour, les équipes de la Croix-Rouge basées en Ouganda et en RDC indiquent que près de 800 enfants sont séparés de leur famille à la suite du regain de violence dans le territoire du Rutshuru », déplore dans un communiqué, Roman Machover, responsable des programmes et prévention pour le CICR en RDC.

Depuis le 28 mars 2022, les affrontements entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et le M23 ont entrainé d’importants déplacements de populations aussi bien en RDC que vers les pays limitrophes, notamment l’Ouganda, selon l’organisation basé à Genève.

Selon le Cluster Protection du Nord-Kivu, une structure qui regroupe différents acteurs humanitaires opérant dans la protection de la population civile dans cette province, environ 1 000 familles se sont déplacées à l’intérieur du pays vers Kabindi, Rugabo et Rutshuru centre alors que 4 000 autres ont trouvé refuge en Ouganda.

Les combats ont suscité un vent de panique et les familles se sont dispersées alors qu'elles tentaient de fuir. La situation est particulièrement tragique pour les enfants, les personnes âgées, les personnes en situation de handicap et les malades », explique Pamela Ongoma, responsable du programme de rétablissement des liens familiaux (RLF) du CICR en RD Congo.

Le CICR et la Croix-Rouge de la RDC affirment avoir mis en place un dispositif de réponse qui permet d’offrir des appels téléphoniques gratuits aux personnes déplacées et séparées de leurs proches.

L’engouement pour les cabines téléphoniques tenues par la Croix-Rouge de la RDC, est perceptible. « Chaque jour, plus de 100 personnes passent des appels. Ce sont généralement des parents qui cherchent à localiser leurs enfants à travers des proches. », affirme Theonest Bitakuya, volontaire de la Croix-Rouge de la RD Congo.

En Ouganda, de l’autre côté de la frontière, ils sont aussi plusieurs milliers de réfugiés à rechercher leurs proches restés au Congo ou dans d’autres camps de réfugiés comme celui de Nakivalé, Kyaka ou Rwamwanja.

Depuis le début de la crise, une vingtaine de collaborateurs de la Croix-Rouge ougandaise et du CICR ont été mobilisés afin de les aider à trouver des réponses.

Depuis mars, affirme le CICR, « plus de 4088 appels gratuits ont ainsi pu être émis par les réfugiés pour 2210 appels positifs, tandis que 155 enfants non-accompagnés ont pu être réunifiés avec leurs parents ».

Les Nations Unies ont appelé à la désescalade et au règlement du conflit armé par le dialogue alors que les rebelles du M23 se sont emparés de plusieurs localités dans le territoire de Rutshuru, frontalier avec l’Ouganda.

Les pays de l’Afrique de l’Est ont décidé de déployer une force régionale pour combattre les groupes armés, mais Kinshasa s’est opposé à la présence de troupes du Rwanda, pays qu’il accuse de soutenir les rebelles du M23.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın