Afrique

Centrafrique : quatre députés visés par une procédure de levée de l’immunité

- Les députés visés sont liés à une procédure judiciaire engagée contre l’ancien président centrafricain, François Bozizé.

Lassaad Ben Ahmed   | 08.04.2021
Centrafrique : quatre députés visés par une procédure de levée de l’immunité

Central African Republic

AA / Peter Kum

Le ministre centrafricain de la Justice, Armand Abazenze, a transmis, jeudi, au président de l’Assemblée nationale, une lettre de « demande de levée de l’immunité parlementaire » des députés Martin Zinguélé, Anicet Georges Dologuélé, Simplice Aurélien Zingas et Karim Abdoul Mekassoua.

Cette demande, dont une copie est parvenue à l'Agence Anadolu, est formulée par la justice centrafricaine « pour leurs auditions dans une poursuite judiciaire », a souligné le ministre de la Justice.

Les autorités centrafricaines ont précisé que cette demande de levée de l’immunité parlementaire a été formulée par le juge d’instruction « dans le cadre d’une poursuite engagée contre François Bozize Yangouvonda, Thierry Savonarole Maleyombo et autres ».

« Des présomptions de culpabilité » pèsent sur ces quatre députés de l’opposition centrafricaine et « pour les besoins de la procédure », il faut lever leur immunité parlementaire.

Fin mars, Martin Ziguélé et Karim Meckassoua, tous deux candidats à la présidentielle de décembre derier, en Centrafrique, ont été interdits de quitter le territoire, par les autorités.

Les deux personnalités avaient souhaité se rendre au Niger pour l’investiture du nouveau président, Mohamed Bazoum.

Après l’interdiction faite à l’ancien Premier ministre Martin Ziguélé de quitter le territoire centrafricain, Anicet-Georges Dologuélé s’est vu notifier la même décision, alors qu’il voulait se rendre en France pour des soins.

Le passeport de Dologuélé, ancien chef de gouvernement et ministre des Finances de 1999 à 2001, par ailleurs président de l’Union pour le renouveau centrafricain (URCA), avait été saisi par la police de l’Aéroport international de Bangui M’poko.

Les autorités centrafricaines avaient exigé, mercredi 24 mars, que l’opposant Anicet Georges Dologuélé produise une autorisation du ministère de la Sécurité avant de quitter le pays, invoquant « de nouvelles mesures ».

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın