Afrique

Burundi: Pierre Buyoya démissionne de son poste de Haut représentant de l’UA

-L’ancien président burundais, Pierre Buyoya, a été récemment condamné à perpétuité par la justice de son pays.

Nadia Chahed   | 24.11.2020
Burundi: Pierre Buyoya démissionne de son poste de Haut représentant de l’UA

Burundi

AA/Bujumbura/Jean Bosco

L’ancien président burundais, Pierre Buyoya, a démissionné de son poste de Haut représentant de l’Union africaine au Mali et au Sahel, ont rapporté mardi plusieurs médias.

Pierre Buyoya a été récemment condamné à perpétuité par la justice de son pays, le Burundi.

«L’ancien président burundais a présenté sa démission de son poste de Haut représentant de l’UA au Mali et au Sahel pour pouvoir se consacrer totalement à sa défense», a rapporté la Radio France Internationale, RFI.

«Sa démission a été acceptée avec une grande reconnaissance pour l’excellent travail accompli au nom de l’Union africaine», a réagi un haut responsable au sein de la Commission.

Il occupait le poste de Haut représentant de l’Union africaine au Mali et au Sahel depuis huit ans.

Pierre Buyoya qui est toujours au Mali prévoit une conférence de presse d’ici quelques jours «pour expliquer» sa décision.

Les autorités burundaises n’ont pas encore réagi à cette démission.

En octobre dernier, la Cour Suprême du Burundi a condamné 15 anciennes hautes personnalités burundaises, dont l’ancien président Pierre Buyoya, à la prison à vie et à une amende de près de 7 millions de dollars américains.

Trois autres accusés ont écopé d'une peine de 20 ans de prison ferme dont l’ancien 1er vice-président de la République, Bernard Busokoza, aujourd’hui en exil.

Un seul prévenu a été acquitté dans cette affaire : Il s’agit d’Antoine Nduwayo, ancien premier ministre (février 1995-juillet 1996).

Toutes ces personnalités étaient visées par une enquête judiciaire sur l’assassinat, en octobre 1993, de l’ancien président Melchior Ndadaye, premier président démocratiquement élu dans le pays. Elles étaient tous accusés d’ «attentat contre le Chef de l’Etat, d’attentat contre l’autorité de l’Etat et d’attentat tendant à porter le massacre et dévastation ».

Le gouvernement du Burundi avait émis un mandat d’arrêt international en 2018 contre lui.

Ancien officier de l’armée burundaise, le major Pierre Buyoya a dirigé le Burundi à deux reprises (de 1987 à 1993 puis de 1996 à 2003) chaque fois après un coup d’état.


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın