Turquie

Yildirim: Le cessez-le-feu voté à l'ONU ne concerne pas Afrin

Aynur Ekiz,Ayvaz Çolakoğlu   | 27.02.2018
Yildirim: Le cessez-le-feu voté à l'ONU ne concerne pas Afrin

TBMM

AA - Ankara - Ayvaz Colakoglu

Le Premier ministre turc, Binali Yildirim a assuré que le cessez-le-feu en Syrie décidé par le Conseil de Sécurité des Nations Unies vise à empêcher le massacre de civils dans la région de la Ghouta Orientale et n'a aucune répercussion sur l'opération Rameau d'olivier menée par la Turquie à Afrin qui a pour objectif de protéger les civils de la menace terroriste.

Yildirim s'exprimait, mardi, à l'occasion de la réunion hebdomadaire des députés de l'Ak Parti (parti de la Justice et du Développement) qui s'est déroulée au parlement à Ankara.

Avec un jour d'avance sur le calendrier, il a tenu à commémorer les victimes du putsch "post-moderne" du 28 février 1997, au cours duquel, les pressions exercées par la junte militaire avaient poussé à la démission le Premier ministre turc élu de l'époque, Necmettin Erbakan, puis s'ensuivi une "chasse aux sorcières" dans les milieux conservateurs. Des restrictions ont notamment été apportés pour des milliers de lycéens des écoles dites "Imam Hatip" où un programme d'apprentissage religieux venait compléter le programme initial.

Par ailleurs, dans le processus ayant abouti au coup de force des militaires, une députée du parti de Necmettin Erbakan avait pénétré voilée dans l'hémicycle du parlement turc, provoquant l'ire et les insultes des députés des autres partis.

Rappelant cet événement, Yildirim a déclaré, "Nous avons pansé les plaies du 28 février (1997) mais nous n'en avons pas oublié les douleurs. La persécution dont a été victime notre députée est toujours présente dans la mémoire collective. Ces jours noirs de notre démocratie sont derrière nous. Aucune force ne pourra dorénavant se mêler des droits, des valeurs de notre peuple, et si elle essaie de le faire, elle n'en trouvera jamais l'opportunité".

Concernant le cessez-le-feu en Syrie décrété par le Conseil de Sécurité des Nations Unies (ONU), le chef du gouvernement turc a expliqué que cette décision n'a pas de conséquence sur l'opération militaire turque à Afrin.

"Certains confondent Afrin où nous menons l'opération Rameau d'olivier avec la région de la Ghouta Orientale. La décision du Conseil de Sécurité concerne la Ghouta. La Turquie ne vise pas les civils mais les terroristes. Elle vient en aide aux civils. La décision du Conseil de Sécurité vise à empêcher le massacre de civils dans la Ghouta" a t-il assuré.

Au sujet de l'extradition de l'ex-vice président de l'organisation terroriste PYD/PKK, Salih Muslim arrêté en République Tchèque à la demande de la Turquie, Yildirim a dit espérer une issue favorable à la demande formulée par la Turquie.

"Nous avons effectué les démarches nécessaires pour l'extradition de ce terroriste. C'est un jour test pour la République Tchèque, notre allié dans l'OTAN. Nous espérons que notre allié tchèque se rendra compte de la sensibilité que représente la lutte contre le terrorisme et affichera la solidarité nécessaire en nous extradant ce terroriste. Mais ce qui est sûr, quelque soit le résultat, c'est que les dirigeants des organisations terroristes sanguinaires ne pourront plus se balader librement sans être inquiétés, et nous allons continuer à les traquer."



Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın