Turquie

Yildirim: En Turquie, l'âge légal du mariage est défini par la loi

- Concernant le procès d'un banquier turc aux Etats-Unis, le PM turc a affirmé que son pays, pays souverain, riposterait à toutes tentatives de porter atteinte à ses intérêts

Sinan Uslu,Ayvaz Çolakoğlu   | 05.01.2018
Yildirim: En Turquie, l'âge légal du mariage est défini par la loi

Ankara

AA - Ankara - Ayvaz Colakoglu

"L'âge légal du mariage est défini dans les lois de la République de Turquie", a rappelé le Premier ministre turc, Binali Yildirim, en réaction à la polémique sur le mariage des enfants.

Yildirim a répondu aux questions des journalistes à l'issue de la prière de vendredi qu'il a accompli dans la mosquée "Taceddin Sultan" à Ankara.

À une question sur la polémique concernant le mariage des enfants, le chef du gouvernement turc a déclaré: "La puberté est une chose. Mais l'âge légal du mariage est défini dans les lois de la République de Turquie. Ceux qui ont atteint 18 ans accèdent au droit de se marier. Les mariages scellés avant sont illégaux. Par ailleurs, ils créaient de grands préjudices."

Le chef du gouvernement a rappelé qu'aujourd'hui, il existe des milliers de personnes, mariées étants mineures, dont les couples sont brisés, avec le mari ou l'épouse en prison.

"Cette situation est dûe à l'ignorance, a-t-il affirmé. Les mariages de mineurs sont un délit et ne seraient être tolérés ou acceptés."

Yildirim a également insisté sur le fait que plusieurs milliers d'individus étaient en train de purger des peines d'emprisonnement pour avoir enfreint la loi disposant de l'âge légal du mariage.

Interrogé aussi sur la condamnation du banquier turc Hakan Atilla aux Etats-Unis, dans le cadre d'une affaire commerciale, Yildirim a affirmé que la Turquie, pays souverain, riposterait à toutes tentatives de porter atteinte à ses intérêts.

"Comme nous le répétons depuis le début, le procès de Mehmet Hakan Atilla n'est pas un procès juridique, mais revêt un caractère politique. Il s'agit d'un procès qui ne respecte aucune norme du droit international où l'on tente, avec des preuves falsifiées et des témoins ayant eux-mêmes commis des délits, de porter des accusations dans une mises en scène digne d'un théâtre. Le monde entier a suivi ce procès théâtral dont la sentence était connu dès le début. Nous y attachons aucune valeur. La Turquie est un Etat de droit souverain. Elle ripostera indéniablement si l'on tente de porter atteinte à ses droits et intérêts", a-t-il martelé.

Concernant la destitution du maire CHP (Parti Républicain du Peuple) de Besiktas, sur le côté européen d'Istanbul, Murat Hazinedar, Yildirim a rappelé qu'une procédure judiciaire était en cours.

"Il s'agit d'un processus juridique, a-t-il précisé. Ceux qui servent au nom de l'intérêt général et disposent de la force publique doivent en faire un usage consciencieux et défendre l'intérêt général. Personne n'a rien à reprocher à ceux qui accomplissent cette mission dans cette optique. Mais si certains commettent des fautes alors ils doivent en répondre devant la justice, ce qui est naturel."

Yildirim a également réaffirmé, comme le président Erdogan l'a spécifié avant sont départ pour Paris, qu'un remaniement ministériel n'était pas à l'ordre du jour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın