Turquie

Turhan : "L'objectif du projet Canal Istanbul est d'assurer la sécurité du trafic maritime"

- Le ministre turc des Transports a noté que "des entreprises hollandaises, belges et françaises, toutes des entreprises expertes dans leur domaine, s'intéressent au projet"

Deniz Çiçek Palabıyık,Ayşe Betül Akçeşme   | 13.01.2020
Turhan : "L'objectif du projet Canal Istanbul est d'assurer la sécurité du trafic maritime"

Ankara

AA - Ankara

"L'objectif du projet Canal Istanbul est d'assurer la sécurité du trafic maritime", a déclaré le ministre turc des Transports et de l'Infrastructure, Cahit Turhan.

Invité à la table des Éditeurs de l'Agence Anadolu, Turhan s'exprimait, lundi, à propos du projet Canal Istanbul.

Turhan a tout d'abord marqué la nécessité de la réalisation de ce projet en raison du trafic dense auquel est confronté le Bosphore d'Istanbul, une voie utilisée dans le cadre du transport maritime international.

Le ministre turc a affirmé que la densité du trafic du Bosphore rend ce dernier, l'une des voies maritimes les plus dangereuses au monde, ce qui représente un facteur de risque pour les personnes habitants les rives du Bosphore ainsi que les monuments historiques se trouvant au même endroit.

"Nous devons diminuer les risques, nous ne pouvons pas fermer cette voie maritime mais nous appliquons des règles et des conditions pour ceux qui veulent l'utiliser", a-t-il ajouté.

Le ministre turc a partagé des informations, en terme de chiffres, à propos du trafic auquel est sujet le Bosphore.

"Au cours des 15 dernières années, en moyenne, 48 296 navires ont traversé le Bosphore, a-t-il précisé. De temps en temps, ce chiffre est passé au dessus des 50 mille. La moyenne des cinq dernières années est de 42 258 navires par an. Les chiffres baissent et continuent de baisser. Ces chiffres laissent penser que le Bosphore est de moins en moins utilisé, mais la réalité est autre [...]. Nous constatons une baisse de 25% dans le nombre de navire traversant le Bosphore d'Istanbul au cours des 15 dernières années, cependant il y a une hausse de 53% de la charge transportée par ces derniers."

"Ceux qui nous inquiètent, c'est la quantité transportée et la quantité de substances dangereuses transportées, a-t-il poursuivi. Alors que dix ans avant, seul 25% de la quantité transporté représentait des substances dangereuses, ce chiffre est passé aujourd'hui au dessus des 35%."

Turhan a précisé : "Notre objectif ici est de créer une nouvelle voie maritime sécurisée pour les personnes l'utilisant. Sa capacité sera plus de 2,5 fois supérieure à celle du Bosphore. 185 navires par jour pourront traverser le Canal Istanbul, de manière sécurisée, contrairement au Bosphore, qui a actuellement une capacité de 118-125 navires par jour."

En outre, le ministre a noté que "des entreprises hollandaises, belges et françaises, toutes des entreprises expertes dans leur domaine, s'intéressent au projet".

Enfin, Turhan a indiqué que les coûts de construction du projet sont estimés à 10 milliards de dollars et a conclu : "Si nous entamons le projet en 2020, nous prévoyons de l'achever fin 2025, début 2026."

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın