Turquie

Pourquoi Ebru Timtik n’était pas qu'une simple avocate ?

- L’enquête sur l'assassinat du procureur Selim Kiraz avait permis d’établir que les assaillants ont bénéficié de l’aide d’avocats pour pénétrer armés dans le bâtiment protégé.

1 23   | 29.08.2020
Pourquoi Ebru Timtik n’était pas qu'une simple avocate ?

Ankara

AA / France / Fatih Karakaya

En grève de la faim depuis 238 jours, l’avocate Ebru Timtik est décédée jeudi 27 août dans un hôpital d’Istanbul. L’avocate de 42 ans avait été condamnée à 13 ans de prison en 2019 pour appartenance à une organisation terroriste.

Timtik défendait essentiellement des membres de l’organisation terroriste « Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple » (DHKP-C), une organisation d’extrême gauche turque d'idéologie marxiste-léniniste, ayant commis de nombreux attentats meurtriers en Turquie.

Contrairement aux allégations relayées par des médias européens et américains, l’avocate n'a jamais été accusée pour avoir défendu des terroristes, mais d'être elle-même directement impliquée dans cette organisation terroriste.

Ainsi, Ebru Timtik a été arrêtée en mars 2019 en compagnie de plusieurs membres du DHKP-C, dans une maison appartenant à l’organisation terroriste. L’avocate s’était cachée dans une partie secrète de la maison.

Les enquêteurs avaient notamment découvert des documents prouvant l’implication de l’avocate dans le meurtre du procureur Selim Kiraz au Palais de Justice d'Istanbul, le 31 mars 2015.

- Événement lié au mouvement Gezi

Ebru Timtik était l’avocate de la famille de Berkin Elvan, décédé en 2014 suite à des affrontements avec la police. L’organisation DHKP-C avait promis de venger sa mort.

Or, les membres de l’organisation terroriste accusaient Selim Kiraz, Procureur de la République, de ne pas enquêter correctement.

Ainsi, le 31 mars 2015, deux membres du DHKP-C réussissent à s’introduire avec des armes, au Palais de Justice d’Istanbul.

Après avoir pris en otage le procureur Kiraz, père de 2 enfants, et filmé leurs revendications, les terroristes l’ont froidement abattu avant d’être eux-mêmes abattus par la police.

Selim Kiraz a reçu 3 balles dans la tête et deux dans le corps.

L’enquête avait permis d’établir que les assaillants ont bénéficié de l’aide d’avocats pour pénétrer armés dans le bâtiment protégé.

En effet, malgré les nombreux attentats commis en Turquie, les avocats ont systématiquement refusé d’emprunter le portique de sécurité permettant la détection d’armes. De ce fait, les avocats ne subissaient aucun contrôle au moment de rejoindre le palais.

Les enquêteurs ont donc cherché à savoir qui, à l'intérieur du bâtiment, avait fourni l’arme aux terroristes.

Plusieurs membres du DHPK-C ont été arrêtés dans cette enquête. Ebru Timtik a, de nouveau, pris la défense des terroristes.

Timtik faisait la courtière entre le DHKP-C et ses membres.

Par la suite, le procureur a mis en évidence qu’en plus de son rôle d’avocate, Ebru Timtik transférait les instructions cryptées du Comité central de l’étranger du DHKP-C aux membres se trouvant en Turquie.

- Le DHKP-C a ordonné la grève de la faim

Suite à son arrestation, Ebru Timtik a contesté son implication dans le meurtre du procureur Selim Kiraz malgré des dizaines de documents (photos incluses) démontrant ses activités au sein de l’organisation terroriste, DHKP-C.

Aujourd’hui, les médias occidentaux s’obstinent à ignorer tout ce pan du dossier et ne relatent ainsi d’une version biaisée des faits, mettant de côté le fait qu’un tribunal a condamné cette personne sur la base de preuves de son implication dans une organisation terroriste et non sur le seul fait qu’elle soit avocate.

Le statut d’avocate ne peut et ne doit être un laissé faire permettant de cautionner voir de soutenir des assassinats, des meurtres, des viols et de la torture, perpétrés par l'organisation terroriste du DHKP-C.

Pourtant, en Turquie, une partie de la presse, a pu faire l’éloge des assassins du jeune procureur. Cette attitude est inimaginable en France. Aucun journaliste ne se permettrait de prendre la défense des terroristes, et de justifier leurs actes.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.