Turquie

"Les arrestations de juges et procureurs ne causera pas de faille dans l'appareil judiciaire turc"

"Personne n'a le droit d'agir autrement que pour servir les intérêts et besoins du pays et du peuple", a déclaré le président turc

Nur Asena GÜLSOY   | 01.09.2016
"Les arrestations de juges et procureurs ne causera pas de faille dans l'appareil judiciaire turc"

Ankara

AA – Ankara – Nur Gülsoy

La mise en garde à vue des juges et procureurs en Turquie ne provoquera pas de faille dans l'appareil judiciaire, a déclaré le président de la République turque, Recep Tayyip Erdogan.

Le chef de l'État a prononcé un discours durant la cérémonie d'inauguration de l'Année judiciaire, organisée jeudi 1er septembre au Palais présidentiel à Ankara.

Il s'est félicite de la tenue de cette cérémonie au Palais présidentiel, estimant que cela «ne nuit pas à l'indépendance de l'appareil judiciaire, qui fonctionne au nom du peuple, mais au contraire, renforce cette indépendance.»

Commentant la lutte contre l'organisation terroriste FETO dont plusieurs membres se sont infiltrés parmi les membres du judiciaire, Erdogan a assuré: «La mise en garde à vue de 3 495 juges et procureurs depuis le 15 juillet, dans le cadre de l'enquête sur FETO, ne provoquera pas une faille dans l'appareil judiciaire, mais permettra, au contraire, de trouver la vraie justice.»

Erdogan a ajouté que personne n'a le droit d'agir autrement que pour servir les intérêts et besoins du pays et du peuple et appelé «ceux qui se sont laissés faire par des ambitions administratives et politiques, à regarder la liste des martyrs de la tentative de coup d'État manqué du 15 juillet.»

Le président a rappelé en outre, que durant la nuit du 15 juillet, une trentaine de putschistes sont morts alors que 241 personnes opposées au coup d'État ont été tuées.

«Cela prouve que nous n'avons pas donné l'ordre à nos forces de sécurité de tuer tous les putschistes, nous les avons appeler à se rendre et à se soumettre à la justice, a-t-il précisé. Malgré cela le monde dit s'inquiéter de la situation en Turquie. C'est un manque de respect vis-à-vis de ce peuple», a-t-il encore soutenu.

Les membres militaires de FETO, dirigée par Fetullah Gulen (personnalité religieuse en exil volontaire aux États-Unis d'Amérique), ont tenté un coup d'État en Turquie dans la nuit du 15 au 16 juillet, mais ont échoué.

Les autorités turques ont appelé le peuple à descendre dans la rue pour manifester contre le soulèvement. Les putschistes ont tiré sur les manifestants dans plusieurs lieux, notamment sur le pont du Bosphore à Istanbul. Les manifestations ont continué jusqu'au grand rassemblement organisé le 7 août à Istanbul et dans plusieurs provinces.

De même plusieurs bâtiments ont été bombardés, dont le siège du Parlement et la Police d'Ankara. Les tirs et attaques des putschistes ont fait 241 morts, dont des agents de sécurité, et plus de 2 000 blessés.

La tentative a été déjouée et plusieurs fonctionnaires publics, dirigeants, membres du système judiciaire ont été limogés et suspendus de leurs fonctions dans le cadre des enquêtes menées.




Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın