Turquie

Ankara rejette totalement la déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU sur Maras

-Dans un communiqué partagé à l’issue d’une courte réunion, le Conseil de sécurité de l’ONU a dit condamner la décision prise le 20 juillet par les Chypriote turques d’ouvrir une partie de Maras.

Mehmet Şah Yılmaz, Islam Doğru   | 23.07.2021
Ankara rejette totalement la déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU sur Maras

Ankara

AA/Ankara

"Nous rejetons entièrement la déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU basée sur des allégations non fondées incompatibles avec la réalité sur l'île (Chypre)" a fustigé le ministère turc des Affaires étrangères qui a renouvelé tout son soutien à l'initiative prise par les autorités de la République turque de Chypre du Nord concernant l'ouverture de Maras.

Ankara a partagé vendredi une déclaration au sujet de la réouverture par les autorités de Chypre du Nord du quartier de Maras.

La diplomatie turque a tout d'abord renouvelé son soutien à la mise en œuvre par le président de Chypre du Nord, Ersin Tatar, de la seconde phase du processus de réouverture de Maras avant de fustiger les déclarations à ce sujet du Conseil de Sécurité des Nations unies (ONU) et de certains pays.

"Nous rejetons entièrement les déclarations du Conseil de sécurité de l'ONU et de certains pays, basées sur des allégations non fondées incompatibles avec la réalité sur l'île", a-t-il été écrit.

En octobre de l'année dernière, le gouvernement de Chypre du Nord a ouvert au public deux rues principales et la plage de Maras, fermée depuis 47 ans et qui commencé à poser des risques environnementaux. Et dernièrement, les autorités ont levé le statut militaire d’une partie correspondant à 3,5 % de la superficie totale de Maras proposée comme zone pilote.

Ankara a notamment réaffirmé la conformité avec le droit international des décisions prises au sujet de Maras et réfuté toutes les allégations que cette situation serait contraire aux résolutions de l'ONU.

Par ailleurs, le ministère a fait place dans sa déclaration aux propos du président Recep Tayyip Erdogan, qui a relevé qu'avec ces mesures, de nouveaux griefs ne se produiront pas à Maras, mais qu’au contraire les griefs existants seront éliminés de manière profitable pour tous.

Assurant que le Conseil de sécurité de l’ONU persiste à ne pas reconnaître et voir la réalité sur le terrain à Chypre, Ankara a insisté sur le fait qu’une nouvelle négociation visant à un règlement juste, permanent et durable de la question chypriote n'est possible que par la reconnaissance de l'égalité, de la souveraineté et du statut international du peuple chypriote turc.

Dans un communiqué partagé à l’issue d’une courte réunion, le Conseil de sécurité de l’ONU a dit condamner la décision prise le 20 juillet par les Chypriote turques d’ouvrir une partie de Maras.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın