Turquie

Ankara partage la carte des nouvelles délimitations de ses zones économiques exclusives en Méditerranée

- En réponse à une déclaration du ministère grec des Affaires étrangères, le porte-parole du MAE turc a déclaré que la demande de licence d'exploration pétrolière de la TPAO, concerne une zone à l'intérieur des limites du plateau continental du pays.

Zuhal Demirci   | 03.06.2020
Ankara partage la carte des nouvelles délimitations de ses zones économiques exclusives en Méditerranée

Ankara

AA - Ankara

Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères a déclaré mardi que le pays était déterminé à "protéger les droits de la Turquie et des Chypriotes turcs en Méditerranée orientale".
Dans un communiqué de la Diplomatie turque, Hami Aksoy a noté que la récente demande de licence d'exploration de Turkish Petroleum Corporation (TPAO) pour des activités additionnelles d'exploration et de forage pétrolier en Méditerranée orientale, concerne une zone se situant à l'intérieur des limites du plateau continental de la Turquie, telles que déclarées à l'Organisation des Nations Unies (ONU).

"Les nouvelles zones de licence sollicitées par "Turkish Petroleum", concernent les activités d'exploration et de forage se trouvent à l'intérieur du plateau continental turc tel que déclaré aux Nations Unies", a souligné le ministère rappelant que "la Turquie continuera résolument à exercer ses droits souverains sur la zone que nous avons annoncée à plusieurs reprises".

Soulignant que la Turquie continuera résolument "à protéger à la fois nos droits et ceux des Chypriotes turcs en Méditerranée orientale", Aksoy a noté qu'à "cet égard, nos activités d’exploration sismique et de forage sont menées conformément au plan adopté précédemment".

Les remarques d'Aksoy sont intervenues peu de temps après que le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias a affirmé que la Turquie déployait des moyens "illégaux" en Méditerranée orientale.
Par ailleurs, l'ambassadeur de Turquie en Grèce, Burak Ozugergin, a déclaré mardi que l'appel d'Ankara au dialogue avec Athènes est resté sans réponse.

Selon des sources diplomatiques, Ozugergin a assisté à une réunion au ministère grec des Affaires étrangères et a déclaré que la position de la Turquie sur les diverses questions, étaient connue par la communauté internationale et la Diplomatie grecque et que la Turquie était transparente à tous égards, notamment sur l'exploration et l'extraction d'hydrocarbures en Méditerranée orientale.

"La Turquie a plusieurs fois cherché à dialoguer avec la Grèce sur ces questions, mais Athènes n'a pas répondu", a-t-il ajouté.

- Cartes partagées sur Twitter

À la suite de la déclaration d'Aksoy, un autre diplomate turc a partagé sur Twitter une carte des régions de la Méditerranée orientale en rapport avec la récente demande de Turkish Petroleum pour de nouvelles licences d'exploration et d'exploitation offshore.

Cagatay Erciyes, un haut fonctionnaire du ministère turc des Affaires étrangères, a également partagé une carte du plateau continental du pays et des frontières de sa zone économique exclusive (ZEE) en Méditerranée orientale, qui ont été déclarées à l'ONU, Erciyes soumettant également le lien permettant d'accéder au document (https://undocs.org/en/a/74/757).
En 1974, suite à un coup d'État visant l'annexion de Chypre par la Grèce, Ankara a dû intervenir en tant que puissance garante, selon les traités internationaux. En 1983, la République Turque de Chypre du Nord (RTCN) a été fondée.

Les décennies qui ont suivi ont vu plusieurs tentatives visant à résoudre le différend chypriote, toutes se soldant par un échec. La dernière, tenue avec la participation des pays garants - Turquie, Grèce et Royaume-Uni - s'est terminée en 2017 en Suisse (Crans-Montana).

La Turquie a toujours contesté le principe de forage unilatéral opéré par l’administration chypriote grecque dans la Méditerranée orientale, rappelant que la République Turque de Chypre-Nord a également des droits sur les ressources de la région.

Depuis l'année dernière, Ankara envoie des navires de forage en Méditerranée orientale, affirmant le droit de la Turquie et de la RTCN aux ressources de la région.

Athènes et les Chypriotes grecs se sont opposés à cette décision, menaçant d'arrêter les équipages des navires et engageant les dirigeants de l'Union européenne à se joindre à leurs critiques.

* Traduit de l'anglais par Ümit Dönmez

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın