Sante

Covid-19 : Les masques de protection et les gants en latex commencent à polluer les mers

-La crise sanitaire du nouveau coronavirus, bien qu'ayant réduit certaines activités humaines polluantes, laisse un nouveau type de pollution dangereuse dans son sillage.

Mona Saanouni   | 08.06.2020
Covid-19 : Les masques de protection et les gants en latex commencent à polluer les mers

Madrid

AA - Oviedo (Espagne) Alyssa McMurtry

Avec des canaux cristallins à Venise, une faune sauvage non perturbée et des nuages ​​de brume se soulevant au-dessus des centres urbains, la guérison environnementale a été présentée comme un des bienfaits de la pandémie dévastatrice de nouveau coronavirus.

Mais alors que de plus en plus de gens s’aventurent hors de chez elles, après des semaines ou des mois de confinement, les personnes voyageant à travers les océans, sont confrontées à l’un des méfaits environnementaux de la pandémie, les masques de protection et les gants qui polluent les rivières, les plages, et les océans.

"Nous avons constaté une augmentation considérable des déchets de gants et de masques dans l'océan. S'il vous plaît, jetez ces articles correctement si vous voulez que les océans restent propres", a déclaré Carmen Soto Barrera, pêcheuse professionnelle dans les îles Canaries en Espagne, dans un appel sur les réseaux sociaux, fin mai.

Les plongeurs ont également remarqué, le long des côtes espagnoles, une nouvelle couche d'équipement de protection individuelle (EPI) se mêlant au poisson, à la vie marine et aux habituels déchets et micro-déchets qui recouvrent les fonds marins.

Dans le contexte de la pandémie du nouveau coronavirus, les masques de protection ont été rendus obligatoires en Espagne, en toutes circonstances où les personnes ne peuvent pas garantir une distance physique de 2 mètres.

Le gouvernement espagnol a réglementé les prix des masques chirurgicaux à usage unique, à 0,96 euros (€) afin d'aider à augmenter leur utilisation.

Les masques sont partiellement faits d'un plastique qui peut prendre des centaines d'années à se dégrader, et ne peut pas être recyclé.

Les autorités espagnoles rappellent que ces masques devraient être emballés dans un sac en plastique et jetés dans une poubelle ordinaire.

"Le rôle des plastiques pour aider à réduire la propagation du coronavirus pour assurer la sécurité des personnes est absolument clair", a concédé Richard Thompson, directeur du Marine Institute et professeur de biologie marine à l'Université de Plymouth, dans une déclaration à l'Agence Anadolu.

"Le problème provient de la phase de conception - les EPI sont clairement utilisés dans des environnements qui n'avaient jamais été anticipés - ainsi que de l'élimination appropriée. La bonne nouvelle est que les EPI sont totalement évitables dans la mer si nous essayons", a ajouté Thompson, réputé pour avoir inventé le terme micro-plastiques.

"Nous n'utilisons pas d'EPI dans la mer, il n'y a donc aucune raison pour que l'environnement naturel doive l'absorber."

Si la moitié de la population espagnole porte un nouveau masque chirurgical chaque jour, cela équivaudrait à environ 705 millions de masques par mois. Si 1 % de ces masques ne sont pas correctement éliminés au cours d'une année, cela signifierait 84,6 millions de masques jetés, dont beaucoup finiraient dans la mer.

Bien que les gants ne soient pas officiellement recommandés pour une utilisation régulière, les supermarchés et autres magasins obligent souvent les acheteurs à en porter un avant d'entrer. Les gants ne sont pas non plus recyclables en Espagne.

Les villes espagnoles ont déjà remarqué le problème croissant des détritus qui posent également un risque sanitaire important, suite à la pandémie de nouveau coronavirus.

Plusieurs municipalités ont fixé des amendes, allant de 100 € à jusqu'à 3 000 € dans la ville touristique de Tolède.

- Les problèmes en Espagne dont également présents dans le reste du monde

Aux États-Unis, Maria Algarra a remarqué qu'un nombre croissant de gants tapissaient la rue de sa communauté, à Miami. Au cours d'une promenade dans cinq rues autour de sa maison, elle a ramassé 52 gants.

Pour sensibiliser au problème, elle a créé le "hashtag" #TheGloveChallenge sur Instagram. Des centaines de personnes, de tous les coins du monde, ont publié plus d'un millier de photos de gants jetés dans les rues.

Même jetés par terre, des masques ou des gants peuvent facilement finir dans l'océan.

Le vent ou la pluie peuvent les amener dans des ruisseaux, des rivières, les déversant dans la mer ou les lacs. Même les systèmes d'égouts peuvent déverser ce ruissellement directement dans les sources d'eau naturelles.

Fin mai, l'opération Mer Propre en France a mis en évidence le problème de la mer Méditerranée lorsque l'initiateur Laurent Lombard est allé faire de la plongée afin de récupérer du plastique, il a découvert que les déchets d'EPI étaient dominants.

Au cours d'un courte plongée, il a pêché 10 gants en latex, quatre masques chirurgicaux, six canettes de boisson et quatre bouteilles en verre. L'ONG a averti que les déchets d'EPI pourraient "devenir une véritable catastrophe écologique", qui pourrait augmenter à mesure que de plus en plus de personnes aflleunt vers les plages.

Mais Thompson a souligné que les nouveaux déchets n'étaient que la pointe de l'iceberg géant en plastique.

"Si vous pensez à la façon dont la pollution de l'air a réagi au verrouillage [social et économique], elle a chuté assez rapidement. La pollution sonore peut être immédiatement éliminée. Mais si vous pensez aux plastiques, l'une des choses qui les rendent difficiles est leur persistance », a-t-il estimé.

"Ce que nous avons dans nos océans est le résultat de décennies de conception, d'utilisation et d'élimination inappropriées. Le pic de cet amoncèlement supplémentaire de déchets, par-dessus ce qui s'y trouve déjà n'aura probablement pas d'effet énorme par rapport à la façon dont nous avons déjà endommagé l'environnement", a noté le spécialiste.

Des millions de masques et de gants ont été déversés dans la mer, mais ils sont un ajout qui n'est pas comparable aux quelque 8 millions de tonnes de déchets plastiques qui se déversent dans les océans chaque année.

C'est l'équivalent de placer 15 sacs pleins de déchets en plastique, pour chaque mètre de littoral à travers le monde, et de les jeter dans la mer ou l'océan.

Ce qui anime le plus Thompson, c'est le potentiel de renverser la tendance dans la lutte contre la pollution plastique.

"Il a régressé dans la liste des priorités", déplore-t-il, rappelant que les gouvernements doivent désormais faire face à une crise plus urgente celle du nouveau coronavirus.

"Nous sommes même confrontés au nouveau phénomène de déchets responsables. Maintenant, les gens pourraient penser qu'il vaut mieux rencontrer des amis à l'extérieur pour un pique-nique, se sentir bien de ne pas laisser traîner des bouteilles de bière mais laisser des masques, des gants, des tasses en plastique et des ustensiles", note-t-il.

Étant donné que l'utilisation généralisée des EPI est un phénomène nouveau et inattendu, il n'y a eu aucune étude sur ce que leurs déchets peuvent faire exactement aux créatures marines et au milieu marin.

Les chercheurs savent que d'autres plastiques présentent des risques pour les animaux marins, dans lesquels ils peuvent s'emmêler, mais également en manger des morceaux confondus avec de la nourriture.

En décembre 2019, un cachalot décédé après s'être échoué sur l'île écossaise de Harris avait une boule de déchets de 100 kilogrammes dans l'estomac.

Et même si un seul morceau de plastique dans la mer ne cause pas de préjudice grave lorsqu'il est intact, son destin final est de se briser en milliers ou en millions de petits morceaux et de se transformer en minuscules micro-plastiques.

Une étude réalisée par la Science Advice for Policy by European Academies (SAPEA), qui fait partie du mécanisme de conseil scientifique de la Commission européenne, a révélé que des concentrations élevées de particules micro-plastiques causaient des dommages physiques à l'environnement et aux êtres vivants, notamment en provoquant une inflammation mais également du stress.

"Ces concentrations, sont plus élevées que ce que nous verrions habituellement dans la mer en ce moment, mais si nous ne changeons pas nos manières, nous verrons [les répercussions directes de] ces concentrations dans 50 à 100 ans", a conclu Thompson.

* Traduit de l'Anglais par Ümit Dönmez

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın