Sante

Covid-19 : le chef de l’OMS appelle à soutenir la levée des brevets sur les vaccins

-Proposée par une initiative indo-sudafricaine en octobre et qui sera examinée le 10 mars lors d'une réunion à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Nadia Chahed   | 05.03.2021
Covid-19 : le chef de l’OMS appelle à soutenir la levée des brevets sur les vaccins

Tunis

AA/Tunis

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté les pays à soutenir l’initiative indo-sudafricaine pour une levée des barrières protégeant les brevets de vaccin anti-Covid, pour contourner le nationalisme vaccinal, rapporte l’ONU dans un communiqué.

« Nous remercions l’Afrique du Sud et l’Inde pour leur proposition à l’Organisation mondiale du commerce afin que les pays renoncent aux brevets sur les produits médicaux jusqu’à la fin de la pandémie de Covid-19 », a déclaré le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une réunion en visioconférence sur le financement des vaccins anti-coronavirus pour l’Afrique.

Le patron de l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU a ainsi encouragé « les autres pays africains à soutenir l’initiative » de Pretoria et New Delhi.

Déposé le 2 octobre dernier par l’Afrique du Sud et l’Inde, le texte propose d’accorder une dérogation temporaire à certaines obligations découlant de l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) afin que n’importe quel pays puisse produire les vaccins sans se soucier des brevets, rappelle l’ONU précisant qu’une réunion est attendue, à ce propos, le 10 mars prochain à l’OMC.

« Les flexibilités de l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) sont là pour être utilisées dans les situations d’urgence », a plaidé le Dr Tedros.

« Si ce n’est pas maintenant, alors quand ? », s’est-il interrogé, invitant les ministres des finances, à investir dans la production locale de vaccins. Il s’agit « non seulement pour la pandémie mais aussi pour d’autres vaccins dont tous les pays ont besoin pour les programmes de vaccination de routine », a-t-il souligné.

En 2003, un accord temporaire, confirmé fin 2005, a permis d’introduire une exemption au droit de propriété intellectuelle permettant aux pays en développement touchés par de graves maladies infectieuses – paludisme, tuberculose et sida – d’importer des médicaments génériques, s’ils ne peuvent pas les fabriquer eux-mêmes, rappelle l'ONU.

Ces déclarations du chef de l’OMS interviennent alors que des pays en développement ont commencé enfin à recevoir leurs premières doses, presque trois mois après le début de la campagne vaccinale dans certains pays riches. Et malgré ces bonnes nouvelles sur l’octroi de ces sérums, l’OMS note que cette première série d’allocations couvre « entre 2 et 3% de la population des pays qui reçoivent des vaccins par l’intermédiaire de COVAX ».

Le Ghana et la Côte d’Ivoire sont devenus cette semaine les premiers pays à commencer la vaccination avec des doses allouées par le biais du Mécanisme COVAX. Des livraisons sont également arrivées en Angola, en République démocratique du Congo, en Gambie, au Kenya, au Lesotho, au Nigéria, au Rwanda, au Sénégal et au Soudan, précise l'ONU.

D’ici fin mai, l’OMS espère que 237 millions de doses de vaccins seront allouées aux 142 économies et pays participant à COVAX. « C’est encourageant, mais nous avons encore beaucoup de travail à faire », a dit le Dr Tedros.

« L’heure tourne », a-t-il souligné relevant qu’il reste 37 jours pour réaliser l’objectif de commencer la vaccination dans tous les pays au cours des 100 premiers jours de l’année 2021.

Pour les pays africains, cette campagne de vaccination intervient alors que 4 millions de cas ont été signalés parmi les pays de l’Union africaine. « Et nous avons perdu plus de 100.000 de nos frères et sœurs », a-t-il précisé, ajoutant que « les chiffres réels sont plus élevés ».

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2,55 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi jeudi par l’OMS. Plus de 114,65 millions de cas d’infection ont été diagnostiqués.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın