Politique, Archive

Yémen: Qui sont les Houthis?

Depuis qu'ils ont pris le contrôle de la capitale yéménite Sanaa, le 21 septembre dernier, les Houthis sucitent intérêt et interrogations.

27.01.2015
Yémen: Qui sont les Houthis?

AA/Sanaa/Mohamad al-Chabiri 

Lorsqu’ils ont décidé en 1992 de créer un «forum de jeunes» à vocation religieuse dans la province de Saada (nord du Yémen) ni Mohamad Azzane ni Hussein  Badr Eddine al-Houthi ne soupçonnaient que le Forum  soit la graine qui donnera naissance à un mouvement militaire d'envergure et allait contrôler, une vingtaine d’années plus tard, de larges pans du territoire yéménite et notamment la capitale Sanaa.

Azzan co-fondateur avec Hussein al Houthi, du "Forum des jeunes croyants", n’est pas resté longtemps dans les rangs des Houthis, des scissions ont, en effet, eu lieu au sein du Forum entrainant un changement de sa vocation qui, de culturelle et idéologique, est devenue beaucoup plus politique. Le forum des jeunes croyants est, au passage, devenu l’Organisation des jeunes croyants.

Hussein Badr Eddine al Houthi (tué par les forces gouvernementales en 2004) s’est consacré à la direction de la nouvelle Organisation délaissant son poste de député.

La grande famille de Badr Eddine al-Houthi a pu progressivement s’approprier de façon exclusive la direction de l’organisation usant pour ce faire de l’ascendant dont jouissait Badr Eddine al-Houthi en tant que référence religieuse.

Des différends internes ont ensuite éclaté au sein de l’organisation et fini par écarter toutes les autres parties en dehors des Houthis eux-mêmes.  Certaines parties ont reproché à l'époque, à l’organisation, de s’être éloignée des principes zaydites (faction chiite modérée).

Ainsi les objectifs du départ, proclamés  par l’organisation et qui ne dépassaient pas les limites du simple apprentissage religieux se sont vus transformés, durant les années 90, en projet politique, par ailleurs, notablement favorisé par la parution de plusieurs partis chiites.

Vers la fin de l’an 2001, Hussein al-Houthi s’est retourné contre l’Organisation des jeunes croyants dont il a critiqué la vision et les objectifs choisissant de s’engager dans une autre direction qui a fini en 2004 par un face à face militaire avec l’Etat yéménite.

 Les Houthis, appartiennent  au mouvement chiite zaydi, cependant leurs ambitions grandissantes ont fini par les opposer aux savants Zaydis dont un grand nombre s’est écartés des Houthis qu’ils considèrent comme «l’émanation d’un projet iranien qui n’a rien à voir avec l’idéologie zaidie »

Des observateurs affirment que "les Houthis ne reconnaissent ni le régime républicain, ni la constitution, ni la loi yéménites et considèrent la révolution du 26 septembre 1962  qui a mis fin au règne des Imamat zaydite comme un retournement contre la légitimité". Affirmations rejetées par les Houthis.

Les Houthis se trouvent surtout dans les zones zaidie soit dans les provinces du nord du Yémen.

La province de Saada est le bastion des Houthis et c’est d’ailleurs à partir de cette province qu’ils ont entamé leur expansion territoriale vers d’autres régions du pays.

Saada étant une province où les Zaydis sont présents en force et où les Houthis ont pu établir des camps d’entrainement militaires au profit des jeunes yéménites chiites.

Les houthis comptent, particulièrement sur l’appui des familles Hashimi (les nobles). Ils n’ont toutefois pas pu s’associer tous les Hashimis dont certains continuent à regarder avec méfiance le projet houthi et à considérer les ambitions d’expansion qu’ils entretiennent totalement opposés aux  principes zaydis connu par la modération.

 Après la mort de Hussein Badr Eddine al Houthi en 2004, le Yémen a connu six guerres entre 2004 et 2006 opposant les Houtis dirigés par abdel Malek al-Houthis aux forces gouvernementales du régime de Ali Abdallah Salah (ancien président yéménite).

Les  Houthis ont pu prendre le contrôle de la province de Amran-Nord le 8 juillet 2014 et démarré depuis leur avancée vers la capitale Sanaa dont ils ont fini par s’emparer le 21 septembre dernier.

Depuis leur prise de contrôle de la capitale et de ses principales institutions gouvernementales les Houthis se sont alliés à Ali Salah qui préside le parti du Congrès général du peuple, chacune des deux parties tirant profit de cette alliance.

Le rapprochement entre les Houthis et l’ancien président yéménite a été récemment confirmé par la chaine al Jazeera qui a diffusé des enregistrements d’une «communication téléphonique d'un leader houthi, Abdel Wahed abu-Ras al-Houthi avec l’ancien président Ali Abdallah Salah » qui aurait planifié la prise d’assaut par les Houthis de plusieurs provinces et issues martimes et aériennes.

De cette alliance Ali Bakhiti, un leader  houthi, a dit qu’il s’agit "d’une alliance politique identique à tant d’autres entre des partis et des forces politiques".

Le gouvernement yéménite a accusé à plusieurs reprises les Houthis de bénéficier d’un appui financier et de recevoir des armes de la part de l’Iran.

Des rapports militaires officiels ont démontré que les roquettes de type Katioucha utilisées par les Houthis lors de la sixième guerre en 2010 sont les mêmes dont Hezbollah avait  fait usage dans le passé considérant qu’il "s’agit  d’une preuve irréfutable de l’appui iranien dont bénéficie les Houthis avec celui de Hezbollah et des cellules chiites dans la région".

Des medias avaient rapporté  que l’Iran a édifié une base en Erythrée pour équiper les Houthis en armes.

 Depuis que la capitale yéménite Sanaa est tombée aux mains des Houthis à la fin du mois de septembre, les responsables iraniens ont commencé à évoquer explicitement le rôle joué par l’Iran au Yémen. Un député au parlement iranien proche de Ayatollah Ali Khamenei est allé jusqu’à affirmer que Sanaa est la quatrième capitale arabe désormais rattachée à l'Iran après Beyrouth, Damas et Bagdad, précisant que la révolution houthie au Yémen n’est qu’une prolongation de  celle  Khomeynite qui s’est déclenchée 1979 en Iran.

 
Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın