Politique

Yémen: Le Conseil de transition du Sud crie victoire après l’accord de Riyad

Le Vice président du Conseil de transition du Sud, Hani Ben Brik a indiqué, dans tweet, que l’accord du Riyad est une victoire pour le sud, la coalition arabe et le gouvernement yéménite.

Meher Hajbi   | 05.11.2019
Yémen: Le Conseil de transition du Sud crie victoire après l’accord de Riyad

Yemen

AA - Yémen

Le vice président du Conseil de transition du Sud, Hani Ben Brik, a considéré, mardi, l’accord de Riyad avec le gouvernement légitime comme “une victoire pour tous”.

“L’accord de Riyad est une victoire pour nous tous : la Coalition menée par l’Arabie Saoudite, le peuple du Sud et sa résistance sans faille et le gouvernement yéménite” a, écrit le responsable du Conseil soutenu par les Émirats arabes unis sur son compte Twitter officiel.

“Aucun de ces parties n’a été vaincu. Tout le monde s’est dévoué au projet arabe mené par la sagesse de l’Arabie Saoudite et son acolyte suprême les Émirats arabes unis” a-t-il ajouté.

L’agence Anadolu a obtenu le texte complet de “l’accord de Riyad” dont la signature officielle par le gouvernement yéménite et le Conseil de la transition du Sud est prévue, mardi, dans la capitale saoudienne Riyad.

En présence du Président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi et des représentants du gouvernement et du Conseil de la transition, la signature de l’accord sera appuyée par le roi Salmane ben Abdelaziz et le prince héritier, Mohammed ben Salman.

Outre les axes principaux, l'accord comprend des mesures politiques, économiques, militaires et sécuritaires entre les deux parties en conflit armé au cours des derniers mois pour le contrôle de plusieurs villes, notamment Aden.

La formation d’un gouvernement de compétences politiques dont le nombre de ministres ne dépasse pas 24 est parmi les plus importantes clauses de cet accord. Le président consultera le chef du gouvernement et les composantes politiques pour désigner les membres à condition de répartir les portefeuilles ministériels de manière égale entre le sud et le nord et de respecter un délai de 30 jours après la signature de l’accord.

L’accord stipule, aussi, la restitution des institutions de l’État, la réorganisation des forces militaires sous l’égide du ministère de Défense, la reconstitution des forces sécuritaires sous le contrôle du ministère de l’Intérieur ainsi que le respect entier des droits de citoyenneté de tout le peuple yéménite et le rejet de toute forme de discrimination régionale ou ethnique.

En août, les forces de la "ceinture de sécurité" du Conseil de transition, soutenues par les EAU, ont pris le contrôle de la plupart des rouages de l'État à Aden, après quatre jours de violents combats contre les forces gouvernementales, faisant plus de 40 morts, dont des civils, et 260 blessés, selon des organisations de défense des droits de l’Homme.

L’Arabie saoudite est ensuite intervenue en invitant les parties yéménites à se joindre à elle et dialoguer à Jeddah.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın