Politique

Tunisie/Saïed: "Il n’est pas question de dialoguer avec les corrompus"

-Il a également dénoncé "ceux qui cherchent à perturber le fonctionnement des institutions de l’État", lors de son entretien avec le Secrétaire général de l’UGTT (Centrale syndicale)

Majdi Ismail   | 30.11.2020
Tunisie/Saïed: "Il n’est pas question de dialoguer avec les corrompus"

Tunisia

​​​​​​​AA/ Tunis

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a exprimé, lundi, son refus de dialoguer avec ceux qu’il a qualifiés de « corrompus ».

Il a, également, dénoncé ceux qui cherchent à perturber le travail des services publics (institutions de l’État).

Saïed s’exprimait lors de sa rencontre avec le Secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT/Centrale syndicale ouvrière), Noureddine Taboubi.

L’entretien a abordé la situation générale dans le pays notamment sur le plan socio-économique, indique un communiqué de la Présidence de la République tunisienne.

« L’État tunisien est indivisible, et ses services publics doivent fonctionner normalement », a-t-il déclaré.

Le pays est secoué depuis deux semaines par une vague de protestations et de sit-in devant les sites de production d’énergie, ce qui a perturbé l'approvisionnement en gaz domestique.

« Il y a ceux qui cherchent à perturber le fonctionnement des services publics, non pour servir les revendications du peuple tunisien, mais complètement à contrario de celles-ci ».

Il a également mis l’accent sur l’impératif d'adhérer à la légitimité, "tout en s'attachant également à répondre aux demandes légitimes du peuple tunisien, loin du chaos que certains veulent répandre pour en tirer profit".

Saïed a réitéré sa position de principe selon laquelle « il n’est pas question de dialoguer avec les corrompus, ni d'établir un dialogue, pareille à celui qu'a connu la Tunisie ces dernières années », lit-on dans le texte du communiqué.

Le président tunisien estime que le dialogue, « devrait se faire dans le cadre d’une nouvelle perception, qui rompt complètement avec les anciennes perceptions, basée sur une réponse concrète aux véritables revendications du peuple, loin de tout calcul politique étriqué ».

Taboubi a, pour sa part, expliqué que les circonstances difficiles que traverse la Tunisie, exigent de l’UGTT qu’elle présente des initiatives aux côtés du reste des forces politiques et civiles.

Le Secrétaire général de la Centrale syndicale a fait valoir « la capacité de la présidence de la République, en tant qu’institution qui se maintient à distance des tiraillements politiques, à unir les Tunisiens et les Tunisiennes sur la base de principes et d’objectifs », rapporte le communiqué de la Présidence.

Kaïs Saïed n'a pas donné de détails sur ceux qu’il a qualifiés de « corrompus », ni ce qu'il entendait par les « vieilles perceptions du dialogue » et les « calculs politiques étriqués ».

Les propos du président de la République tunisienne interviennent au lendemain de ceux du président du Parlement, et chef du mouvement Ennahdha (d’obédience islamique), Rached Ghannouchi, à travers desquels, il a réitéré son appel à "une réconciliation nationale globale avec les symboles de l’ancien régime, au lieu de choisir la voie de la vengeance et de la rupture".

"La réconciliation implique ceux parmi les figures du régime déchu, qui ont opté pour la voie de la révolution du 14 janvier 2011 et de la nouvelle constitution", avait expliqué Ghannouchi.

Et d’ajouter que « l’option de la vengeance a été testée dans tous les autres pays du printemps arabe, ce qui a provoqué son (printemps arabe) échec, à l’exception de la Tunisie qui a maintenu le cap en raison de la politique de consensus qu'elle a adoptée ».

Ennahdha, qui détient le plus grand nombre de sièges au parlement, a appelé à plusieurs reprises, à « une réconciliation nationale globale et à l’apaisement entre toutes les parties politiques et sociales et à investir dans l'unité nationale au vu des conditions que traverse le pays », en référence à une polarisation politique accentuée et à la détérioration de la situation économique.

*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail















Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın