Politique

Tunisie : Chahed appelle à hâter la formation du gouvernement

Mona Saanounı   | 17.02.2020
Tunisie : Chahed appelle à hâter la formation du gouvernement

Tunisia

AA / Tunis / Yemna Selmi

Le Chef du gouvernement tunisien sortant, Youssef Chahed, a appelé, lundi, les partis politiques à hâter le processus d’identifications des arrangements nécessaires pour former le nouveau gouvernement.

Youssef Chahed faisait cette déclaration au terme de sa rencontre, lundi, avec Rached Ghannouchi, président du Parlement, au Bardo.

« J’appelle les partis politiques à hâter le processus d’identifications des arrangements nécessaires pour former le nouveau gouvernement », a dit Chahed.

Il a ajouté : « Je pense que la crise de la formation du gouvernement a duré plus qu’il n’en faut. Quatre mois se sont écoulés aujourd’hui depuis la tenue des élections législatives du 6 octobre dernier ».

« Ghannouchi est conscient de la délicatesse de la situation et de la nécessité de hâter la formation du gouvernement », a relevé Chahed, formulant l’espoir de voir « les prémices d’une solution de cette crise (formation du gouvernement) dans les tous prochains jours, de voir un nouveau gouvernement qui prendrait les choses en main pour mener à bien les réformes nécessaires ».

Chahed a mis en garde que « les indicateurs d’amélioration connus par le pays lors de la période écoulée peuvent régresser en l’absence d’un nouveau gouvernement », sans pour autant livrer de détails sur ce point en particulier.

Par ailleurs, le parlement tunisien a indiqué que la réunion entre Chahed et Ghannouchi a évoqué « la dernière crise qui a entravé les consultations de la formation du nouveau gouvernement », dans une allusion faite au rejet par le Mouvement Ennahdha de la liste proposée par Elyes Fakhfakh, personnalité chargée par le président de la République, Kaïs Saïed, de former le cabinet.

Dans un communiqué rendu public, lundi, le parlement indiqué que « l’accent a été mis sur la nécessité de former un gouvernement d’union nationale qui réunirait l’ensemble des familles politiques dans la mesure où la situation ne souffre plus davantage de retard ».

Samedi, Fakhfakh avait annoncé avoir décidé avec Kaïs Saïed la possibilité de remanier la formation gouvernementale proposée, à la lumière de la décision d’Ennahdha (54/217 députés) de se retirer et de ne pas voter en sa faveur au parlement.

La liste de Fakhfakh est composée de 30 portefeuilles ministériels convenus avant le retrait d’Ennahdha.

Ennahdha avait annoncé, peu avant que Fakhfakh ne dévoile sa liste, qu’elle n’accordera pas sa confiance au gouvernement, à cause de l’obstination de Fakhfakh de rejeter la demande du mouvement portant formation d’un « gouvernement d’union qui n’exclut personne », dans une allusion à la non-participation du parti « Qalb Tounes » (Au Cœur de la Tunisie, 38 députés) au gouvernement.

Le délai légal accordé à Fakhfakh pour achever la formation de la liste gouvernementale et la soumettre au président de la République prendra fin jeudi. Le président de la République soumettra la liste au parlement pour approbation.

Pour recueillir la confiance du parlement, le nouveau gouvernement a besoin d’une majorité absolue (50+1), soit 109 voix sur un total de 217.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın