Politique

Retrait de l’accréditation d’une inspectrice de l'AIEA: Tensions entre l'Iran,l'Europe et Washington

La semaine dernière, l'Iran a interdit à l'inspectrice de pénétrer dans un site nucléaire, car elle était soupçonnée d’être en possession de l'explosif "Nitrate d'ammonium"

Mourad Belhaj   | 08.11.2019
Retrait de l’accréditation d’une inspectrice de l'AIEA: Tensions entre l'Iran,l'Europe et Washington

Burgenland

AA / Vienne 

L’Iran a interdit, la semaine dernière, à une inspectrice de l'AIEA de pénétrer dans un site nucléaire, soupçonnée d’être en possession de l'explosif "Nitrate d'ammonium", provoquant un nouvel épisode de tension avec les États-Unis et l’Union européenne.

Selon le correspondant d’Anadolu, le conseil exécutif de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui s'est réuni jeudi à Vienne, a discuté de l’incident et des développements liés à l'accord sur les contrôles assurant la surveillance et l'inspection des activités nucléaires de l'Iran.

Après la réunion, l'UE a publié un communiqué, tandis que les États-Unis et l'Iran ont fait des déclarations aux journalistes.

Le communiqué de l'Union européenne a indiqué que la coopération opportune et totale de l'Iran avec l'Agence internationale de l'énergie atomique et la réponse rapide à ses demandes, sont primordiales pour la mise en œuvre de l'accord de contrôle qui lie juridiquement l'Iran.

Le communiqué aborde également la question de l'inspectrice de l'Agence internationale de l'énergie atomique, qui n'a pas été autorisée à entrer dans l'installation nucléaire, et appelé l'Iran à ne plus répéter cela à l'avenir, soulignant le professionnalisme et l’impartialité des inspecteurs et l’importance de leur permettre de s’acquitter pleinement de leurs tâches, conformément à l’accord.

Le communiqué souligne que l'Union européenne cherche à maintenir l'accord nucléaire appelé "plan de travail commun détaillé", rappelant la nécessité pour l'Iran de se conformer pleinement à l'accord.

Jackie Wolcott, ambassadrice des États-Unis auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a déclaré dans son intervention, que l’AIEA avait détecté des preuves de présence de matières nucléaires non déclarées en Iran et que Téhéran n’a pas donné d'explication logique sur sa source et sa localisation.

La déléguée américaine a déclaré que l'Iran avait arrêté l'inspectrice internationale la semaine dernière, soulignant que "elle est en sécurité pour le moment, mais ce comportement iranien intimide les autres inspecteurs internationaux".

Elle a souligné le soutien indéfectible de son pays à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), soulignant que "les questions débattues lors de la réunion du Conseil exécutif ont nui à la mise en œuvre de l'accord assurant la surveillance des activités nucléaires, ainsi que du Traité de non-prolifération nucléaire; par conséquent, rien n'est plus important que la nécessité d'une coopération totale et urgente de l'Iran".

Jeudi, l'Iran a annoncé qu'il avait interdit, la semaine dernière, à une inspectrice de l'AIEA de pénétrer sur un site nucléaire, car soupçonnée d’être en possession de l'explosif "Nitrate d'ammonium".

L'ambassadeur iranien auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Kazem Gharib Ebadi, a déclaré dans un communiqué de presse que "cet incident s'est produit à l'entrée de l'installation de Natanz".

Ebadi a ajouté: "L'entrée de l'installation est équipée d'appareils pour détecter les traces de nitrate, et lorsque l'inspecteur a passé les alarmes ont retenti", expliquant que " les alarmes ont retenti chaque fois que l’inspectrice est passée à travers les appareils."

Et de poursuivre: "Nous avons répété cette mesure à plusieurs reprises, mais malheureusement, le résultat était le même et les appareils ont retenti au passage de la même inspectrice", indiquant qu'une "femme a été appelée pour l’inspecter, mais que l’inspectrice a demandé à aller aux toilettes".

Il a souligné que "lorsqu’elle est revenue les alarmes ne retentissaient plus", soulignant que " des échantillons ont été prélevés dans les toilettes et que son sac a été confisqué".

Le responsable iranien a exprimé l'espoir que "des tests supplémentaires de l'Iran et de l'Agence internationale de l'énergie atomique puisse apporter une réponse à ce qui s'est passé".

"Il va sans dire que l'Iran, comme tous les autres membres de l'AIEA, ne peut tolérer aucun comportement ni aucune action pouvant aller à l'encontre de la sûreté et de la sécurité de ses installations nucléaires, en particulier compte tenu des tentatives précédentes de saboter ces installations", a-t-il déclaré.

C'est la première fois qu’un inspecteur est empêché d'entrer dans une installation nucléaire, selon la même source.

L'Organisation iranienne de l'énergie atomique a annoncé, mercredi, le début de l'enrichissement d'uranium à l'installation "Fordo" dans le cadre de la réduction des obligations de Téhéran vis-à-vis de l'accord sur le nucléaire.

Téhéran a annoncé mardi qu'il commencerait l'enrichissement d'uranium dans le réacteur de Fordo jusqu'à 5% mercredi, indiquant qu'il pourrait même arriver à 20%.

L'Iran a déjà confirmé son intention de passer à la quatrième étape de la réduction de ses obligations vis-à-vis de l'accord sur le nucléaire, à moins que d'autres signataires de l'accord ne remplissent leurs engagements.

En septembre, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré dans un communiqué qu'elle avait constaté "l'installation ou le début de l'installation de 56 centrifugeuses par Téhéran ".

L’Iran a exhorté les signataires européens à le protéger des sanctions américaines, depuis le retrait de Washington en mai 2018.

Avec son retrait, Washington a décidé d'imposer des sanctions économiques à l'Iran et aux entreprises étrangères ayant des liens avec Téhéran, poussant certaines entreprises, notamment européennes, à abandonner leurs investissements dans ce pays.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın