Politique

Raed Salah: "Une 3e Intifada éclatera si la situation à al-Aqsa se poursuit"

Le Chef du mouvement islamique d’Israël demande à la Jordanie de prendre des mesures «plus audacieuses» que la simple indignation et condamnation.

Soraya Hend Ben Mustapha,Nadia Akari   | 19.09.2015
Raed Salah: "Une 3e Intifada éclatera si la situation à al-Aqsa se poursuit"

Istanbul

AA / Istanbul (Turquie)/ Suhaïb Qalalwa

Cheikh Raed Salah, leader du mouvement islamique en Israël, a estimé qu’une troisième Intifada palestinienne éclatera en Cisjordanie, y compris à al-Quds, si la situation actuelle à al-Aqsa se poursuit, appelant la Jordanie à prendre des mesures «plus audacieuses» que la simple indignation et condamnation.

«Si les attaques et les exactions israéliennes se poursuivent, elles conduiront à une troisième Intifada en Cisjordanie et à al-Quds», a estimé Salah dans une interview accordée à Anadolu à Istanbul.

«Israël opère une division dans le temps et dans l’espace d’al-Aqsa, selon un plan bien étudié et préalablement établi», a-t-il prévenu.

La réaction populaire appropriée du monde arabo-musulman serait, a-t-il considéré, de «faire pression sur l’occupant et son gouvernement afin de mettre un terme à ses pratiques abusives perpétrées à l’encontre de la mosquée à al-Aqsa et à la population d’al-Quds».

Répondant à une question sur le niveau d’indignation et de condamnation des événements survenus à al-Aqsa ces derniers jours, Salah a souligné que «la position de l’Autorité palestinienne n’est pas à la hauteur, il lui faut faire pression sur le gouvernement de l’occupation, par le biais des Tribunaux internationaux, et être sérieuse à ce sujet».

Dans sa réaction aux exactions israéliennes commises à al-Aqsa, le président palestinien Mahmoud Abbas avait déclaré à la presse, mercredi : « Je dis franchement qu’il n’y a pas d’Etat palestinien sans al-Quds. L’Etat palestinien doit avoir al-Quds-est, occupée en 1967, pour capitale. Aucune des mesures qu'ils mènent [les Forces israéliennes] ne seront tolérées. Nous n’acceptons pas ces divisions. al-Aqsa nous appartient et ils n’ont pas le droit de le profaner avec leurs sales pieds. Nous ne les laisserons pas faire, et nous ferons tout ce que nous pouvons pour protéger al-Quds ».

Raed Salah a affirmé pour sa part : «Nous frapperons à toutes les portes pour faire entendre la voix d’al-Quds», saluant dans ce sens la position de la Jordanie qui a condamné les agressions, et l’appelant toutefois à prendre des mesures «plus audacieuses» que «la simple indignation et condamnation».

Recevant, lundi dernier, à Amman, le Premier ministre britannique David Cameron, Abdallah II avait mis en garde contre une escalade israélienne à al-Quds, et en particulier à al-Aqsa.

"Si les provocations continuent à al-Quds, cela aura des répercussions sur les relations entre la Jordanie et Israël. La Jordanie n'aura d'autre choix que de prendre les mesures qu'elle jugera adéquates", a prévenu le roi Abdallah II.

En vertu des accords de Wadi Araba (traité de paix israélo-jordanien de 1994), la Jordanie est la garante de l'esplanade des mosquées, où se trouve notamment la mosquée al-Aqsa.

Et Cheikh Raed Salah de poursuivre : «Le gouvernement israélien a profité des événements qui secouent la scène arabe -notamment en Syrie, en Irak, en Libye, au Yémen et en Egypte- et dont les pays qui étaient absorbés par leurs affaires internes devant ce qui se passe à al-Quds et al-Aqsa ».

Le leader du mouvement islamique a appelé les jeunes du monde arabe à « Soutenir al-Aqsa par tous les moyens dont ils disposent », rappelant qu’il s’agit d’un « héritage islamique majeur ».

Il s’est félicité des réactions de quelques pays arabo-musulmans, notamment la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite, qui ont dénoncé et condamné les agressions israéliennes répétées contre al-Aqsa.

Cheikh Salah, habitant de la ville d’Umm al-Fahm, dans le nord d’Israël, a participé, à travers une association locale, la fondation al-Aqsa pour les sites islamiques sacrés, à la restauration de la mosquée sacrée et à œuvrer à révéler au grand jour les plans israéliens qui le cible, particulièrement les tunnels sous l’édifice et sa périphérie.

Il est considéré comme l’une des personnalités musulmanes les plus influentes en Israël, et l’un des principaux opposants à la politique de colonisation, de judaïsation et des attaques profanatrices d’al-Aqsa.

Raed Salah a payé cher son engagement passionnel pour al-Aqsa. Il a été persécuté, arrêté, détenu et jugé par les autorités israéliennes. Son nom s’est lié au site sacré et lui a valu le surnom de Cheikh al-Aqsa.

Depuis dimanche à l’aube, les Forces israéliennes et des dizaines de colons envahissent chaque jour la mosquée al-Aqsa et attaquent les fidèles à coups de grenades lacrymogènes, de bombes sonores et de balles en caoutchouc, faisant des dizaines de blessés parmi les Palestiniens et causant d'importants dégâts.

Ces incursions ont coïncidé avec le début des fêtes du Nouvel An juif, et font suite aux multiples appels de groupes extrémistes juifs israéliens à prendre d'assaut la mosquée "dans l'objectif de diviser al-Aqsa et d'imposer une nouvelle réalité des lieux", dénoncent les hauts dignitaires religieux musulmans responsables du site sacré.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın