Politique

Premier ministre albanais: "la Turquie est un pays clé pour la sécurité de l'Europe"

- Edi Rama a également soutenu le dialogue entre Ankara et Athènes pour surmonter la crise en Méditerranée orientale.

Fatjon Cuka,Dzihat Aliju,Tuncay Çakmak   | 16.09.2020
Premier ministre albanais: "la Turquie est un pays clé pour la sécurité de l'Europe"

Albania

AA / Tirana

Le Premier ministre albanais, Edi Rama, a déclaré que la Turquie est un pays clé pour la sécurité de l'Europe.

Rama a pris la parole, mercredi, lors de la conférence organisée par le magazine "The Economist" en coopération avec le gouvernement grec à Athènes, la capitale de la Grèce.

Le chef du gouvernement albanais a traité de nombreux sujets parmi lesquels se trouvent les relations entre la Turquie et la Grèce, l'avenir des Balkans occidentaux, la pandémie de nouveau coronavirus, les relations Albanie-Grèce et la perspective européenne des pays de la région.

Il a rappelé que son pays développe des partenariats stratégiques avec la Grèce et la Turquie, "mais je ne pense pas que l'Albanie soit entre deux feux", a-t-il ajouté.

Parlant des relations turco-grecques et du rôle de ces relations pour l'Europe, Rama a déclaré: "Il y a un potentiel de relations qui sera également bénéfique pour l'Europe dans les relations gréco-turques, croyez-le. Parce que la Turquie est un pays clé pour la sécurité de l'Europe, la Grèce est un pays clé pour les frontières de l'Europe. Sans aucun doute, je peux dire que le président turc (Recep Tayyip Erdogan) n'est-ce pas un homme politique anti-grec, et le passé nous a déjà démontré que quand il y a de la volonté, il y a une solution. Dialogue, dialogue, dialogue ... un vrai dialogue sans attendre les pays tiers. Il est absolument possible qu'il puisse y avoir une valeur ajoutée pour l'Europe."

Sur les Balkans occidentaux, Rama a noté que les pays de la région n'avaient pas d'autres alternatives que de faire partie de l'Union européenne (UE).

Concernant les questions en suspens entre l'Albanie et la Grèce, le Premier ministre albanais a déclaré : "Quand je parle des zones maritimes, je suis favorable à l'idée de résoudre le problème avec l'aide amicale d'un tiers ou par le biais de tribunaux internationaux. Cela peut être juste et objectif."

Bien que les pourparlers sur la délimitation des zones maritimes entre l'Albanie et la Grèce aient officiellement commencé en avril 2018, il n'y avait pas encore d'accord final entre les parties et les négociations ont été suspendues au fil du temps.

Edi Rama a également rencontré son homologue grec Kyriakos Mitsotakis dans le cadre de ses entretiens à Athènes.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın