Politique

Mort en prison de l'activiste des droits de l'homme saoudien Abdullah al-Hamid

- Al-Hamid serait mort des suites d'une négligence médicale délibérée, selon des militants des droits de l'Homme et le compte des “Détenus d’opinion” sur Twitter

Meher Hajbi   | 24.04.2020
Mort en prison de l'activiste des droits de l'homme saoudien Abdullah al-Hamid Photo d'archives

Istanbul

AA - Djeddah

Le compte Twitter “Détenus d’opinion”, qui défend les détenus en Arabie saoudite, a confirmé, vendredi, la mort de l'académicien et militant des droits de l’Homme, Abdullah al-Hamid, dans l'une des prisons du royaume.

“Le Dr. al-Hamid est décédé, vendredi matin en prison, des suites d'une négligence médicale délibérée entraînant un accident vasculaire cérébral qui lui a coûté la vie”, peut-on lire sur le compte Twitter “Détenus d’opinion”.

Pour le compte “Détenus d’opinion", “la mort d'al-Hamid en prison n'est pas une affaire ordinaire, car il s'agit d'un assassinat délibéré perpétré par les autorités saoudiennes après que l'administration pénitentiaire l'a laissé dans le coma pendant plusieurs heures avant de le transférer à l'hôpital”.

Ainsi, “les autorités saoudiennes sont tenues entièrement responsables de la mort d'al-Hamid, après avoir tergiversé pendant une procédure de cathétérisme cardiaque durant plusieurs mois, puis pour avoir également négligé pendant plusieurs heures l’accident vasculaire cérébral subi par l’activiste des droits de l’Homme saoudien”, selon "Détenus d’opinion", qui met en garde contre “le silence complice” qui pourrait entraîner la mort d'autres détenus.

En effet, depuis vendredi matin, des médias internationaux rapportent la mort d'al-Hamid, détenu dans l'une des prisons du royaume depuis 2013.

Aucun commentaire officiel n’a été émis par les autorités saoudiennes sur la mort d'al-Hamid à l’âge de 69 ans, toutefois, elles nient généralement tout manquement aux soins des prisonniers et rejette toute critique locale et internationale à cet égard.

Alors que la BBC a évoqué dans un flash, les informations relatives au décès de Abdullah al-Hamid, Al-Jazeera, basé au Qatar, a cité des juristes saoudiens ayant confirmé, sous couvert d’anonymat, le décès dû à une négligence médicale.

De son côté, l’universitaire saoudien Ahmed bin Rashid bin Saeed, a affirmé la mort d'al-Hamid en prison, dans un tweet : “Je viens d'être informé du décès du dr Al-Hamid, un universitaire et penseur, détenu depuis 2013, après avoir subi un accident vasculaire cérébral le 9 avril.”

Le défunt était le fondateur de l'Association saoudienne des droits civils et politiques, et était l’un des farouches défenseurs de la réforme dans le royaume. Il avait été arrêté par les autorités en mars 2013 et condamné à 11 ans de prison, sans expliquer la raison de la décision, selon la Saudi Human Rights Organisation (organisation non gouvernementale opérant à l'étranger).

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.