Politique

Le PM pakistanais, Imran Khan, met en garde contre un "génocide" qui se prépare au Cachemire

- "Des millions de personnes au Cachemire sont soumis à l’occupation indienne et font l’objet d’actes de répression et de violences".

Mohammed Maher Ben Romdhane   | 23.08.2019
Le PM pakistanais, Imran Khan, met en garde contre un "génocide" qui se prépare au Cachemire

Ankara

AA/Ankara/Muhammet Nazım Taşçı

Le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a appelé, vendredi, l’ensemble de la communauté internationale à agir pour empêcher la survenance d’un "génocide" dans la province du Cachemire.

Imran Khan s’est, ainsi, exprimé sur Twitter à l’occasion de la la Journée internationale de commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou de leurs convictions.

Il a indiqué, en ce sens, que "des millions de personnes au Cachemire sont soumis à l’occupation indienne et font l’objet d’actes de répression et de violences". Il a ajouté que le gouvernement indien a empêché les habitants du Cachemire d’exercer leurs rituels religieux et notamment ceux se rapportant à la célébration de l’Aïd Al Idha.

Le 5 août courant, le gouvernement indien a annulé les dispositions de l’article 370 de la constitution, conférant le droit à l'autodétermination à l’État de Jammu-et-Cachemire, la partie du Cachemire sous l’autorité de New Delhi.

Cette disposition constitutionnelle confère également aux habitants de la région le droit exclusif de la résidence permanente dans la région ainsi que les droits à la propriété, à l’embauche et aux primes éducatives. Une décision présidentielle est à l’origine de cette révision constitutionnelle, c'est-à-dire que sa mise en application ne nécessitera pas l’approbation du Parlement.

Dans la journée du 6 août, les deux chambres du parlement indien ont approuvé la décision de subdivision de Jammu-et-Cachemire en deux régions bien distinctes relevant directement du gouvernement central à New Delhi. Une mesure qui nécessite, toutefois, la validation du Président pour sa mise en œuvre.

Les autorités indiennes ont également procédé à l’interruption des télécommunications et du réseau internet dans la région ainsi qu’à des restrictions sur les déplacements et les rassemblements.

Des observateurs internationaux estiment que ces récentes mesures indiennes visent à permettre aux citoyens indiens de bénéficier du droit à la propriété dans la région et ainsi modifier la composition ethnique et religieuse de cet État à majorité musulmane.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın