Politique

Le PM irakien al-Kazemi appelle à stopper à la détérioration de la situation dans les événements de Sulaymaniyah

- La direction antiterroriste de la province a mis en garde les forces politiques contre l'exploitation des manifestations estudiantines, qui se poursuivent depuis dimanche, pour exiger des subventions financières

1 23   | 25.11.2021
Le PM irakien al-Kazemi appelle à stopper à la détérioration de la situation dans les événements de Sulaymaniyah

Baghdad

AA / Bagdad

Le Premier ministre irakien, Mustafa al-Kazemi, a appelé, ce jeudi, à une attitude responsable de chacun, pour mettre un terme à la détérioration de la situation dans la province de Sulaymaniyah, dans la région du district kurde du nord de l’Irak, sur fond de crise des protestations qui se poursuivent depuis dimanche.

Al-Kazemi a déclaré dans un tweet : "les récents événements douloureux dans la région du district kurde du nord de l’Irak, en particulier dans la chère Sulaymaniyah, appellent à une position responsable de la part de chacun, pour sauvegarder la paix sociale et mettre un terme à la détérioration de la situation".

Dans ce contexte, la direction antiterroriste de la province (la plus haute autorité sécuritaire de la province) a mis en garde les forces politiques contre l'exploitation des manifestations, tout en déclarant son soutien aux revendications des manifestants.

La direction a déclaré dans un communiqué : "avec le début des manifestations des étudiants des universités et des lycées, nous soutenons clairement leurs revendications, et nous sommes la principale force apte à les protéger, car ils ont le droit, en vertu de la loi, de bénéficier des subventions et des services nécessaires".

Elle a aussi mis en garde "les partis, les groupes politiques ou les personnes contre le fait de détourner les manifestations pour servir leurs propres visées", soulignant qu'"ils seront sévèrement réprimés".

De son côté, "l'Observatoire irakien des libertés journalistiques" (une organisation non-gouvernementale basée à Bagdad), a déclaré que "47 journalistes ont été victimes d’asphyxies, et ont subi des menaces et des attaques pour empêcher la couverture médiatique d'une vingtaine d'incidents à Sulaymaniyah".

Et d’ajouter dans un communiqué, que "les forces de sécurité ont utilisé des matraques électriques et la violence pour tenter d'empêcher la couverture des manifestations qui durent depuis quatre jours, et ont arrêté au moins 3 professionnels des médias". Les autorités locales n’ont émis aucun commentaire à ce propos.

Depuis dimanche, les étudiants de l'université de Sulaimaniyah manifestent pour exiger la concrétisation de leurs revendications quant au versement de subventions financières et l'amélioration des conditions de logement universitaire (services internes).

Les bourses offertes aux étudiants par le gouvernement régional du district kurde du nord de l’Irak s'élèvent à 50 000 dinars (environ 33 dollars) par mois, pour les étudiants qui vivent à Sulaymaniyah, et 100 000 dinars (environ 66 dollars) pour ceux qui vivent en dehors de la ville.

Le gouvernement régional, basé à Erbil, dans le nord de l'Irak, a décidé, mercredi, d'allouer des fonds au ministère de l'Enseignement supérieur, afin d'améliorer les conditions des étudiants des universités et des lycées.

Des manifestants ont incendié, dans la journée du mardi, le siège de l'Union patriotique du Kurdistan dans la province, ce qui a entraîné l’usage du gaz lacrymogène et des matraques par les forces de l’ordre pour les disperser, faisant des dizaines de blessés dans la foulée, selon des témoins oculaires.

Outre le problème des bourses, les étudiants des départements internes (logements universitaires) souffrent du manque de certains services essentiels, notamment ceux liés aux besoins en carburant et l'énergie électrique en cette saison hivernale.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.