Politique

Conflit du Sahara occidental : le Maroc appelle l’Algérie au dialogue

-Le chef de la diplomatie marocaine a indiqué que l’Algérie « adopte une position et une orientation et constitue une véritable partie dans le conflit, dans sa création et sa poursuite ».

1 23   | 06.04.2021
Conflit du Sahara occidental : le Maroc appelle l’Algérie au dialogue

Morocco

AA/Dakhla

Le Maroc a renouvelé son appel à l'Algérie pour s'asseoir à la table du dialogue sur la région du Sahara, compte tenu de l’importance du rôle que joue Alger dans ce conflit.

C’est ce qui ressort d'une conférence de presse conjointe du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et de son homologue sénégalais, Aïssata Tall Sall, tenue en marge de l’ouverture par le Sénégal d’un consulat dans la ville de Dakhla, région contestée depuis 1975 entre Rabat et le front «Polisario».

« À travers tout ce qu’elle dit et fait, sa mobilisation et ses positions, l’Algérie montre qu’elle est la véritable partie…C’est elle qui confirme ce constat au quotidien par la place que sa diplomatie accorde au conflit », a déclaré Bourita.

Le Maroc propose une autonomie élargie pour le Sahara sous sa souveraineté, tandis que le «Polisario» appelle à un référendum d'autodétermination, proposition soutenue par l'Algérie, qui accueille des réfugiés de la région.

Le ministre marocain a indiqué que l’Algérie « adopte une position et une orientation et constitue une véritable partie dans le conflit, dans sa création et sa poursuite, et elle doit assumer la responsabilité de son règlement à la mesure de sa responsabilité dans sa création et sa perpétuation».

Il a estimé que « la solution des Nations Unies à la question du Sahara est nécessaire et elle est impossible sans inviter l'Algérie à la table du dialogue ».

Bourita a déclaré que le Maroc n'est pas contre la nomination d'un représentant personnel du Secrétaire général des Nations Unies (au Sahara), étant donné qu’il a approuvé la dernière proposition à cet égard.

Il a ajouté que la diplomatie marocaine est claire à ce sujet, ce qui se manifeste notamment dans notre approbation de la nomination de l'envoyé personnel Secrétaire général des Nations Unies au Sahara.

Le chef de la diplomatie marocaine a souligné que « la contradiction entre actes et paroles décrédibilise l’action diplomatique, de même que la production de fourberies ne contribuera pas à faire avancer le dossier ».

« Nos actions ne contredisent pas nos paroles et la partie qui cherche à faire obstacle à cette nomination est clairement visible », a-t-il lancé sans préciser la partie en question.

« Ce n’est point le temps des manœuvres. C’est l’heure de l’action sérieuse si la stabilité de la région intéresse l’Algérie, autant que le Maroc », a-t-il conclu.

Il n'a pas été possible d'obtenir des commentaires immédiats des autorités algériennes sur les propos du ministre marocain des Affaires étrangères.

Il convient de rappeler que le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a déclaré dimanche que les Algériens n'avaient aucune rancune ni haine envers les « frères marocains ».

Lors d'un entretien avec les médias, Tebboune a ajouté que son pays soutenait toute solution politique entre les deux parties du conflit, sous les auspices des Nations Unies.

Un conflit entre le Maroc et le « Polisario » sur la région du Sahara dure depuis 1975. Il a commencé après que l'occupation espagnole a mis fin à sa présence dans la région.

Le conflit s'est transformé en une confrontation armée qui a duré jusqu'en 1991, et a pris fin avec la signature d'un accord de cessez-le-feu qui considérait Guerguerat comme une zone démilitarisée.

Rabat insiste sur son droit à la région du Sahara et propose une autonomie étendue sous sa souveraineté, tandis que le "Polisario" demande un référendum pour déterminer le sort de la région, proposition soutenue par l'Algérie, qui accueille des réfugiés de la région contestée.

Le 30 octobre, le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé de prolonger le mandat de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum dans la région du Sahara « MINURSO » pour une durée d'un an, soit jusqu'au 31 octobre 2021.

*Traduit de l'arabe par Wejden Jlassi


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın