Turquie, Politique

Commémoration du 24 avril : Ankara condamne le décret Macron

- Le ministère turc des Affaires étrangères a fermement condamné le décret présidentiel promulgué par le président de la République française, Emmanuel Macron, qui consacre le 24 avril comme journée de commémoration.

Tuğçenur Yılmaz,Ayvaz Çolakoğlu   | 11.04.2019
Commémoration du 24 avril : Ankara condamne le décret Macron

Ankara

AA - Ankara - Ayvaz Colakoglu

La Turquie a fermement condamné le décret présidentiel promulgué par le président de la République française, Emmanuel Macron, qui consacre le 24 avril comme journée de commémoration.

C'est ce qui ressort d'un communiqué écrit publié jeudi, par le ministère turc des Affaires étrangères.

"Nous condamnons fermement le décret du président français, Macron, qui consacre le 24 avril comme journée de commémoration", a martelé Ankara.

Le ministère turc a également relevé le fait que ce décret est en contravention flagrante avec les décisions de la Cour Européenne de Droits de l’Homme et du Conseil Constitutionnel français aux sujets des événements de 1915.

"Selon le droit international, la volonté d'imposer politiquement les thèses des Arméniens est contraire à la liberté d'expression. Cette décision du président Macron a profondément blessé les plus de 700 milles membres de la communauté turque de France.

L'attitude inamicale de la France aura inéluctablement des répercussions sur ses relations avec la Turquie. La Turquie a proposé la constitution une commission historique mixte afin d'étudier la période en question datant de 104 années. On se souviendra de Macron comme d'un leader populiste qui a politisé l'Histoire dans le but de s'allier les milieux arméniens et ainsi recueillir quelques voix supplémentaires", a insisté le communiqué.

Ankara a rappelé que la France a armé les rebelles arméniens et les a poussé à commettre des massacres atroces contre des civils lors de la guerre d'indépendance turque.

"Les turcs et musulmans de France et du reste du monde n'oublieront jamais cet affront fait à la mémoire des 500 milles citoyens ottomans massacrés par les rebelles arméniens. Cette décision du président Macron, qui consiste à faire plaisir aux représentants actuels de l'organisation terroriste responsable du martyr de nos diplomates, dans le but d'obtenir quelques voix supplémentaires, n'est pas conforme aux relations entre alliés. Une réponse adéquate sera apportée à cette attitude en toute occasion", a conclu le document.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın