politique

Autriche: Réactions suite à la polémique autour du voile islamique

Aşkın Kıyağan  | 12.09.2018
Autriche: Réactions suite à la polémique autour du voile islamique

Burgenland

AA - Vienne

De nombreux auteurs, militants et représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) ont réagi suite aux déclarations du ministre autrichien de l'éducation, Heinz Fassmann, au sujet de la polémique relative à l'interdiction du port du voile, pour les élèves et professeurs du secondaire. 

Le gouvernement d'extrême droite, à l’origine de mesures restrictives de liberté concernant les immigrés et les réfugiés, accusant ces derniers, ainsi que les musulmans, responsables des problèmes que traverse actuellement le pays, envisage d’étendre au secondaire l’interdiction du voile, initialement prévue pour les primaires et maternelles. 

Alors que les symboles et vêtements d’aucun autre groupe religieux ne fait l’objet de débat ni de mesure au sein du pays où l'Islam est reconnue comme l’une des religions officielles, les polémiques autour de la religion musulmane sont interprétées comme une discrimination envers la communauté, une violation de la liberté religieuse et des droits de l’Homme. 

- La tenue vestimentaire, un droit fondamental 

Dans une interview accordée à l’Agence Anadolu (AA), Wilhelm Lagthaler, journaliste ayant vécu en Autriche durant de longues années, a confié que ces dérives discriminatoires à l’égard des musulmans dans le pays sont la conséquence de politiques mises en oeuvre au cours des dix dernières années. 

Selon Lagthaler, le fait de présenter les immigrés, les réfugiés et les musulmans comme étant les seuls responsables des maux du pays, permet de détourner l’attention de l’opinion publique des réels problèmes et de tenter ainsi de créer un agenda politique artificiel. 

Fermement opposé à l’interdiction du voile dans quelque domaine que ce soit, Lagthaler a affirmé que la liberté de choisir sa tenue vestimentaire est un droit fondamental. 

"S’habiller comme bon leur semble est un droit universel. Je suis contre toute pression que ce soit pour le port ou l’interdiction du voile", a-t-il insisté.

- Hier les juifs, aujourd’hui les musulmans 

Soulignant que toute législation et réglementation relative à la tenue vestimentaire des citoyens est inacceptable, Laghtaler a critiqué les propos du ministre Fassmann quant à l’interdiction du port de symboles religieux ou idéologiques par les professeurs dans le secteur public. 

"Les professeurs sont des fonctionnaires qui représentent l’Etat. Ceux qui travaillent avec une identité musulmane font aussi partie de ce pays. Par conséquent, il est parfaitement naturel qu’ils travaillent dans la fonction publique avec leur propre identité. Par exemple, en Inde, les Sikhs (pratiquants de la religion sikhe) portent leur turban alors qu’ils sont membres de la police. Quel problème peut-il y avoir avec cela ?"

Précisant que les musulmans sont aujourd’hui ciblés, tout comme les juifs l’étaient autrefois, Lagthaler a ajouté qu’il s’agit là d’une attitude qui en plus d’être synonyme de violation de droit remet en cause la cohabitation harmonieuse.

  • Détournement des réels problèmes

L’activiste autrichien Markuz Schulz s’est également dit surpris des déclarations du ministre avant de préciser que les gouvernements d’Europe et d’Autriche poursuivent depuis longtemps des politiques négatives à l’égard des minorités. 

Ce dernier a confié que les musulmans traversent une de ses plus rudes épreuves depuis l’arrivée au pouvoir du Parti populaire autrichien (centre droit) et du Parti de la liberté d’Autriche (extrême-droite). 

"Le gouvernement d’extrême droite tente de détourner les regards des réels problèmes par des sujets tels que l’interdiction du voile, l’Islam, les imams, et ‘’l’Islam politique’’." 

Selon lui l’interdiction du voile, contraire aux droits fondamentaux, est pour ceux qui la prônent un moyen d’exclure des élèves et des professeurs de la vie sociale "en prétextant le port du voile".

  • L’interdiction du voile, une violation des droits fondamentaux

L’acitiviste Michael Pröbsting a, quant à lui, affirmé que l’interdiction du voile dans les écoles est inacceptable et que l’attitude du gouvernement d’extrême droite est discriminatoire et islamophobe. 

"L’interdiction du voile est une violation des droits de l’homme, de la liberté de conscience et de religion. Je ne suis pas musulman mais il ne s’agit pas là de partager une même vision religieuse. Il s’agit là de la liberté pour chacun de vivre conformément à ses croyances. Toute interdiction reviendrait à piétiner ce droit."

Exprimant sa crainte quant à la complication du quotidien des musulmans d’Autriche, l’activiste a partagé que le gouvernement d’extrême droite considère les musulmans comme des citoyens de seconde zone.
Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.