Politique

Algérie: Démantèlement d’un mouvement séparatiste soutenu de l’étranger projetant des attentats

-Le ministère algérien de la Défense a indiqué que les séparatistes projetaient des attentats contre les marches du mouvement de protestation populaire du Hirak.

Abderrazak Boulkemh   | 25.04.2021
Algérie: Démantèlement d’un mouvement séparatiste soutenu de l’étranger projetant des attentats

Algeria

AA/Alger

Le ministère algérien de la Défense a annoncé dimanche qu'il avait démantelé un mouvement séparatiste local projetant des attentats contre les rassemblements du mouvement de protestation populaire du Hirak, avec le soutien et le financement de pays étrangers.

Le ministère a indiqué, par voie de communiqué, que les équipes de renseignement avaient démantelé fin mars dernier une cellule appartenant au mouvement séparatiste appelé le « Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie » (MAK) qui projetait des attentats à la bombe visant le mouvement populaire du Hirak. Des enquêtes sont toujours en cours sur cette affaire.

Le «Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie» a été créé en 2002. Il revendique l'indépendance des provinces habitées par des Berbères, à l'est de la capitale, Alger.

Les dirigeants de ce mouvement sont en France et ils ont annoncé en 2010 la formation d’un gouvernement intérimaire pour cette région où leur influence est faible.

Le ministère de la Défense a fait savoir que l'un des détenus, appartenant à ce mouvement a avoué qu'un complot criminel malveillant reposant sur des attentats à la bombe a été mis en place. Les images de ces opérations allaient servir à leurs campagnes destructrices, comme prétexte pour faire appel à des pays étrangers afin qu’ils s’ingèrent dans les affaires intérieures de l’Algérie.

La même source a souligné que ce plan a été concocté avec la participation de membres du mouvement, dont certains sont recherchés, et qui ont reçu une formation et un soutien de pays étrangers (sans les nommer).

Le 22 février, des milliers d'Algériens ont participé à des manifestations pour commémorer le deuxième anniversaire d'un mouvement populaire qui, le 2 avril 2019, a contraint le Président de l'époque, Abdelaziz Bouteflika, à démissionner (1999-2019).

Chaque semaine, ces manifestations se poursuivent vendredi et mardi, soulevant de nouveaux slogans appelant à un changement radical du régime, alors que les autorités affirment que le changement est progressif et ne peut passer que par les urnes.

Depuis le 19 décembre 2019, Abdelmadjid Tebboune a été élu Président de l’Algérie, après avoir remporté la première présidentielle après la démission de Bouteflika.

*Traduit de l’arabe par Wejden Jlassi

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.