Politique

«Sofagate»: Des associations de femmes européennes exigent la démission de Charles Michel

-Elles accusent le Président du Conseil européen d'avoir commis une grave erreur suite à « l'incident du protocole » survenu lors de sa rencontre, accompagné de la présidente de la Commission européenne, avec le chef de l’État turc.

Mohammad Kara Maryam   | 11.04.2021
«Sofagate»: Des associations de femmes européennes exigent la démission de Charles Michel

Brussels Hoofdstedelijk Gewest

AA/ Bruxelles

Les associations de femmes de plusieurs pays européens ont lancé une pétition pour exiger la démission du Président du Conseil européen, Charles Michel, sur fond de «l'incident du protocole» survenu lors sa rencontre, accompagné par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avec le Président turc Recep Tayyip Erdogan, à Ankara.

La presse belge a rapporté, dimanche, que lesdites associations ont accusé Michel d'avoir « humilié » la présidente de la Commission européenne et ont exigé sa démission de son poste de Président du Conseil européen.

Dans ce cadre, la pétition lancée par les associations de femmes en vue de recueillir des signatures pour la démission de Michel, a trouvé un écho populaire en peu de temps.

Depuis son lancement, près de 3 000 personnes en provenance de différents pays comme la Belgique, la France et l'Italie, ainsi que d'autres pays hors de l'Union européenne, ont signé la pétition.

Les associations de femmes estiment que Michel « a commis une grave erreur » et a causé un affront à l'égard de Ursula von der Leyen, qui touche toutes les femmes.

Une controverse a éclaté à Bruxelles, après la diffusion d’une séquence vidéo montrant l’accueil des deux responsables européens par le chef de l’État turc au Complexe Présidentiel, sous prétexte que la partie turque n’avait pas réservé de siège à la présidente de la Commission européenne, conformément à sa fonction dans la hiérarchie protocolaire, ce qui l’a obligé à prendre place sur un canapé.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, avait minimisé l'incident, affirmant que la Turquie avait répondu à toutes les demandes protocolaires de l’UE, lors de la rencontre de mardi dernier entre le Président turc et les deux responsables européens.

Le chef de la diplomatie turque a expliqué que « les équipes en charge de l'organisation du protocole se réunissent avant les visites prévues et mènent les discussions nécessaires à cet effet ».

« En d'autres termes, la disposition des sièges a été déterminée conformément aux propositions soumises par l'Union européenne », a fait savoir Cavusoglu.

*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail





Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.