La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans
Fotoğraf: Recep Bilek

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans
Fotoğraf: Recep Bilek

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans
Fotoğraf: Recep Bilek

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans
Fotoğraf: Recep Bilek

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans
Fotoğraf: Recep Bilek

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans
Fotoğraf: Recep Bilek

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans
Fotoğraf: Recep Bilek

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans
Fotoğraf: Recep Bilek

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans
Fotoğraf: Recep Bilek

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

La vie dure pour les demandeurs d'asile au Pakistan, depuis 40 ans
Fotoğraf: Recep Bilek

Les Afghans, Ouzbek et Turkmènes qui ont fui l'Afghanistan dans les années 1980 pour se réfugier au Pakistan, vivent encore dans des conditions difficiles, en tant que demandeurs d'asile. Ces gens vivent dans des maisons en adobe à Qetta, ville au Baloujistan, dans l'ouest du pays. Ne pouvant pas acquérir la nationalité pakistanaise à cause de leur statut de réfugié, les Afghans ne peuvent pas obtenir un passeport non plus. Les demandeurs d'asile qui veulent aller à l'étranger doivent d'abord passer dans le territoire afghan, à 130 km de distance. Ils ont aussi des difficultés à accéder à la nourriture, aux vêtements, aux médicaments et aux besoins humains. ( Recep Bilek - Anadolu Ajansı )

instagram_banner

Des photos accrocheuses de tous les horizons de la Turquie et du monde sur notre compte Instagram. Suivez-nous sur instagram.

Plus récent