Monde

Yémen: l'envoyé américain rencontre un responsable Houthi à Oman selon un diplomate yéménite

- La source diplomatique a révélé également à l'Agence Anadolu qu'une réunion entre les Houthis et l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, aura lieu jeudi à Mascate.

Wejden Jlassi   | 04.03.2021
Yémen: l'envoyé américain rencontre un responsable Houthi à Oman selon un diplomate yéménite

Yemen

AA/Yémen

Une source diplomatique yéménite a révélé, mercredi, qu'une réunion a eu lieu entre l'envoyé spécial américain au Yémen, Timothy Lenderking, et un responsable du groupe Houthi, la première du genre depuis que Washington a annulé la décision de désigner le groupe comme organisation terroriste.

La même source qui a requis l'anonymat, a affirmé à l'Agence Anadolu, que l'envoyé de Washington au Yémen, Timothy Lenderking, a rencontré le chef de la délégation Houthie chargée des négociations, Mohammed Abdel Salam à Mascate au sultanat d'Oman, le 26 février, sans fournir d'amples détails.

Le 25 février, Lenderking a discuté, à Mascate, avec le ministre omanais des Affaires étrangères, Badr Al-Busaidi, des moyens de mettre fin à la guerre au Yémen, selon l'agence de presse omanaise, qui n'avait pas annoncé à l'époque la rencontre avec le responsable Houthi.

Lenderking est arrivé à Mascate, après une journée de discussions avec des responsables saoudiens et yéménites à Riyad.

Dans un autre contexte, la même source a révélé que l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, rencontrera jeudi le responsable Houthi en charge des négociations, Mohammed Abdel Salam, à Mascate.

Le diplomate yéménite a expliqué que «Griffiths discutera des moyens de reprendre les négociations avec le gouvernement pour trouver une solution pacifique au conflit au Yémen», sans donner plus de détails.

Aucune communication officielle n'a été émise des Houthis sur les propos tenus par le diplomate, jusqu'à 17H30 (GMT).

Le 19 janvier, l'administration de l'ancien président Donald Trump, avait classé les Houthis comme "organisation terroriste " et a imposé des sanctions à 3 de ses dirigeants, mais l'administration Joe Biden a annulé ce classement à la mi-février.

Le conflit au Yémen oppose depuis 2014 les forces du gouvernement, reconnu par la communauté internationale, aux rebelles Houthis, soutenus par l'Iran et qui ont pris le contrôle d'une partie du territoire, dont la capitale Sanaa.

La situation s'est encore compliquée avec l'intervention du voisin saoudien en 2015, dirigeant une Coalition arabe qui mène des opérations militaires pour soutenir les forces pro-gouvernementales.

La guerre au Yémen, en cours pour la sixième année consécutive, a coûté la vie à 233 000 personnes, tandis que 80% de la population d'environ 30 millions de personnes dépend de l'aide pour survivre dans la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations Unies.

*Traduit de l'arabe par Wejden Jlassi



Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın