Monde

Washington condamne la tentative de coup d'État manquée au Soudan

- Le Département d'État a appelé à traduire en justice les auteurs du putsch

1 23   | 22.09.2021
Washington condamne la tentative de coup d'État manquée au Soudan

Istanbul

AA / Istanbul

Les États-Unis d'Amérique ont condamné la tentative échouée de coup d'État au Soudan, appelant à une traduction en justice des responsables de la tentative.

C'est ce qu'a déclaré le porte-parole du département d'Etat Ned Price par voie de communiqué publié mardi soir, rapportant la condamnation des Etats-Unis de la tentative de coup d'Etat perpétrée par des militaires et des civils qui ont essayé de s'emparer du pouvoir au Soudan".

Price a, dans ce contexte, ajouté que "les mesures antidémocratiques menacent l'appui international au Soudan, y compris les relations bilatérales avec les États-Unis", appelant à ce que "les personnes impliquées dans la tentative de prise du pouvoir soient traduites en justice".

Et le porte-parole a ajouté que Washington "réaffirme son soutien continu aux autorités en place au Soudan et compte sur une transition démocratique dans le pays".

Plus tôt mardi, la télévision soudanaise a rapporté qu’une tentative de coup d’État a eu lieu dans le pays, appelant le peuple "à y faire face", avant que l'armée ne publie un communiqué quelques heures plus tard, confirmant que "la tentative de coup d'État a été déjouée et la situation complètement maitrisée".

De son côté, le ministre soudanais de la Défense, le lieutenant-général Yassin Ibrahim a révélé, dans un communiqué de presse, que le général de division Abdul-Baqi Al-Hassan Othman Bakrawi ainsi que 22 autres officiers et un certain nombre de sous-officiers et soldats sont à l'origine de ce coup d'Etat manqué.

Le 11 avril 2019, le commandement de l'armée a démis Omar el-Béchir (1989 - 2019) de ses fonctions, sous la pression des protestations populaires qui ont débuté vers la fin de 2018, dénonçant la dégradation des conditions économiques.

Depuis le 21 août 2019, le Soudan vit une période de transition de 53 mois, qui devrait aboutir à l'organisation d'élections au début de l’année 2024. Durant cette phase, le pouvoir est partagé entre l'armée, les forces civiles et les mouvements armés, signataires de l'accord de paix.

* Traduit de l'arabe par Hajer Cherni

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın