Monde

Téhéran : "Nous avons entamé de nouveaux pourparlers avec l'Arabie saoudite qui se déroulent bien"

- Une déclaration du ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian

Abduljabbar Aburas   | 11.10.2021
Téhéran : "Nous avons entamé de nouveaux pourparlers avec l'Arabie saoudite qui se déroulent bien"

Tahran

AA/Téhéran

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a annoncé que son pays "a entamé de nouvelles discussions avec l'Arabie saoudite" sur le Yémen, exprimant sa conviction que ces pourparlers sont sur la bonne voie.

C'est ce qui ressort de son interview télévisée avec la chaîne américaine CNBC, qui a été relayée, lundi matin, par l'agence de presse officielle iranienne IRNA.

Abdollahian a déclaré que l'Iran a toujours été convaincu que la solution au problème du Yémen réside dans la voie politique.

Et d'ajouter que son pays avait annoncé, dès le départ, que la voie militaire était rejetée, et avait soumis un projet de solution politique.

Le MAE iranien a également expliqué que son pays a toujours accueilli favorablement le dialogue avec les pays de la région, y compris avec l'Arabie saoudite, ajoutant : "Nous avons entamé de nouveaux pourparlers avec l'Arabie saoudite, et je crois qu'ils sont sur la bonne voie".

Le Yémen est en proie à des violences et à 'instabilité persistante depuis 2014, lorsque les rebelles houthis ont pris le contrôle de la majeure partie du pays, y compris la capitale Sanaa.

Selon les estimations de l'ONU, 233 000 personnes ont été tuées, près de 80 % de la population, soit environ 30 millions de personnes, ont besoin d'aide humanitaire et de protection, et plus de 13 millions sont menacées de famine.

Le conflit a eu des retombées régionales, depuis mars 2015, alors qu'une coalition dirigée par l'Arabie saoudite voisine avait mené des opérations militaires en soutien aux forces gouvernementales, face aux Houthis soutenus par l'Iran, qui contrôlent plusieurs gouvernorats, dont la capitale, Sanaa.

S'agissant de l'Afghanistan, le ministre iranien a souligné que son pays a des contacts avec toutes les parties à Kaboul, ajoutant que les Taliban font partie de la réalité afghane.

Il a poursuivi : "L'histoire de ce pays a prouvé qu'un seul courant ne pourrait pas gérer le gouvernement, donc la formation d'un gouvernement inclusif comprenant toutes les ethnies et tous les groupes peut être la meilleure solution."

Concernant la reprise des négociations nucléaires à Vienne, Abdollahian a déclaré : "Nous sommes en train de passer en revue les précédents rounds de négociations, notamment le dernier à Vienne (...) et je pense que nous reprendrons bientôt les discussions".

Cependant, le ministre iranien des Affaires étrangères a mis en doute la sincérité des intentions des Américains concernant le retour à l'accord nucléaire.

"Nous assistons à un comportement contradictoire de la part de l'administration américaine. Ils prétendent qu'ils sont prêts pour des négociations bilatérales et qu'ils sont prêts à revenir vers leurs engagements, mais ils n'ont montré au gouvernement iranien aucune mesure pratique prouvant la sincérité de leurs intentions," a expliqué le MAE iranien.

La semaine dernière, le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan Al Saoud avait révélé, lors d'une conférence de presse, que son pays avait tenu un quatrième cycle de négociations directes avec l'Iran le 21 septembre, qui est encore à sa phase " exploratoire".

Il est à noter que les relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite avaient été rompues depuis début 2016.

*Traduit de l'arabe par Hend Abdessamad

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın