Monde

Royaume-Uni : Johnson sous le feu des critiques pour ses propos sur les "cadavres empilés"

- Le premier ministre aurait dit qu'il préférait voir "des milliers de cadavres s'empiler" plutôt que de mettre en place un troisième confinement, mais ses ministres minimisent ses propos

Ekip   | 27.04.2021
Royaume-Uni : Johnson sous le feu des critiques pour ses propos sur les "cadavres empilés"

London, City of

AA / Londres / Muhammad Mussa

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est retrouvé sous le feu des critiques après que diverses sources ont affirmé que celui-ci avait déclaré qu'il préférait voir "des milliers de cadavres s'empiler" plutôt que de mettre en place un troisième confinement.

Les ministres du gouvernement ont cherché à minimiser ces propos, niant que Boris Johnson ait déclaré "plus de [...] confinement - laissons les cadavres s'empiler par milliers". Cependant, la colère et le choc du public affligé par ces propos ne cessent de croître, alors que les médias britanniques les confirment.

Les propos de Johnson ont été rapportés pour la première fois, lundi, par le Daily Mail et auraient été tenus après qu'il eut accepté, à contrecœur, de mettre en place un confinement de quatre semaines en novembre de l'année dernière, en raison de la hausse des cas d'infection à la Covid-19 qui a fait du Royaume-Uni l'un des pays où le nombre de décès a été le plus élevé au monde en cette période.

Le Premier ministre a toutefois prévenu qu'il s'agissait de la dernière mesure de confinement qu'il mettrait en œuvre.

Dans une interview accordée à la BBC lundi, Boris Johnson a fermement nié avoir tenu de tels propos : "Je rends hommage à la population de ce pays qui s'est vraiment mobilisée et qui, en coopérant avec le programme de vaccination, a réussi à maîtriser la maladie."

Malgré ses démentis en direct à la télévision, des sources anonymes ont apporté des preuves du moment où les propos ont été tenus et du contexte dans lequel ils ont été prononcés. Selon ITV News, la phrase "laissez les corps s'empiler" a été criée depuis un bureau du 10 Downing Street après une réunion d’urgence et non pendant la réunion avec les ministres. La BBC semble également avoir confirmé les propos, affirmant qu'ils ont été tenus "au cours d'une discussion animée au 10 Downing Street".

Selon le Guardian, une source a confirmé le récit des événements fait par ITV, affirmant que les propos en question ont été entendus par quelques personnes qui se trouvaient par hasard à l'extérieur du bureau de Johnson à ce moment-là. Une deuxième source a toutefois présenté un récit légèrement différent, rappelant plutôt la phrase "plus de [...] confinements [...] quelles qu'en soient les conséquences."

Downing Street continue cependant de nier catégoriquement ces propos, Michael Gove, un allié fidèle de Johnson, ayant déclaré au parlement : " Voici un premier ministre qui a lui-même été hospitalisé en soins intensifs. Je trouve incroyable l'idée qu'il puisse dire une telle chose. J'étais dans cette pièce, je n'ai jamais rien entendu de tel".


*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.