Monde

Responsable américaine : Nous soutenons l'expérience démocratique en Tunisie

- À l'issue d'une rencontre entre la sous-secrétaire d'État américaine Victoria Nuland et le ministre des Affaires étrangères Othman Jerandi, en marge de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies

Yosra Ouanes   | 21.09.2021
Responsable américaine : Nous soutenons l'expérience démocratique en Tunisie

Tunisia

AA / Tunisie / Yosra Ouannes

La sous-secrétaire d'Etat américaine Victoria Nuland a déclaré, mardi, que Washington entend maintenir son soutien à l'expérience démocratique en Tunisie et est prête à renforcer la coopération à cet égard.

C'est ce qui ressort d'un communiqué du ministère tunisien des Affaires étrangères, publié à l'issue d'une rencontre entre la responsable américaine et le ministre tunisien des Affaires étrangères, Othman Jerandi, en marge de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations unies, prévue du 20 au 27 septembre.

Nuland a souligné que "son pays entend maintenir son soutien à l'expérience démocratique en Tunisie et est prêt à renforcer sa coopération avec elle afin de consolider l'option démocratique et de renforcer cette approche, de manière à répondre aux aspirations du peuple tunisien au développement et au bien-être."

Pour sa part, Othman Jerandi a réitéré "l'attachement de la Tunisie aux acquis de son expérience démocratique."

Il a affirmé que "les mesures exceptionnelles prises par le président de la République, Kaïs Saïed, le 25 juillet dernier, visent à corriger le cours de cette expérience, et que le choix de la démocratie et des libertés est irréversible."

Le 25 juillet, Saïed a décidé de limoger le Premier ministre, Hichem Mechichi et d'assumer l'autorité exécutive avec l'aide d'un gouvernement dont il désignera le chef. Il a en outre décidé de geler les pouvoirs du Parlement, de lever l'immunité des députés et de prendre la tête du ministère public.

Le 5 septembre, une délégation du Sénat américain a souligné, lors d'une rencontre avec des responsables tunisiens, dont le président Saïed, la nécessité de "s'engager à nouveau sur la voie démocratique et d'adopter un processus global de réformes."

Les deux parties ont par ailleurs affirmé leur volonté de continuer à soutenir la voie d'un règlement politique en Libye et d'aider les Libyens à aller de l'avant dans la mise en œuvre de la feuille de route du Forum de dialogue politique, notamment l'organisation d'élections présidentielles et législatives le 24 décembre.

Ils ont souligné "la nécessité du retrait sans délai des combattants étrangers et des mercenaires du sol libyen, en application de l'accord de cessez-le-feu et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité."

Le 16 mars, une autorité transitoire élue, composée d'un Gouvernement d'union et d'un Conseil présidentiel, a pris ses fonctions pour mener la Libye vers les élections prévues à la fin de l'année.


*Traduit de l’Arabe par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.