Monde

Poutine: Il y a une lueur d'espoir pour résoudre les problèmes en suspens avec les États-Unis

- Lors d'une conférence de presse tenue par le président russe à l'issue de sa rencontre avec son homologue américain dans la ville suisse de Genève

Raşa Evrensel   | 16.06.2021
Poutine: Il y a une lueur d'espoir pour résoudre les problèmes en suspens avec les États-Unis

Istanbul

AA/ Istanbul

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré, mercredi, qu'il ne se faisait aucune illusion après son sommet avec son homologue américain Joe Biden, mais qu'il y avait une lueur d'espoir pour construire une confiance mutuelle et un accord pour résoudre tous les problèmes en suspens avec les États-Unis.

Poutine a souligné, lors d'une conférence de presse tenue à l'issue de sa rencontre avec Biden dans la ville suisse de Genève, que la réunion contredisait la stabilité stratégique, les relations commerciales, la sécurité régionale et la cybersécurité.

Le chef de l'Etat russe a souligné que "les deux parties ont exprimé leur intention de trouver des moyens de rapprocher les positions".

"Nous avons convenu (avec Biden) de la reprise des activités des missions diplomatiques des deux pays et de l'ouverture de consultations entre les ministères des Affaires étrangères russe et américain sur tous les domaines de coopération, au premier rang desquels la cybersécurité", a noté Poutine.

Et de souligner que "la plupart des cyberattaques dans le monde sont menées depuis l'intérieur des États-Unis".

Le président de la Russie a poursuivi, "Washington a déclaré la Russie comme ennemie et les deux parties subissent des pertes du fait des sanctions".

S'agissant de l'Ukraine, Poutine a déclaré, "Nous n'avons qu'un seul engagement envers l'Ukraine, celui d'appliquer les accords de Minsk, si Kiev est prête (à le faire)".

Poutine a également abordé la question du chef de l'opposition Alexeï Navalny, affirmant qu'il "a enfreint la loi et voulait être arrêté lorsqu'il est rentré en Russie".

Le 17 janvier, les autorités russes ont arrêté Navalny (44 ans) à son arrivée à l'aéroport Sheremetyevo de Moscou, en provenance d'Allemagne, où il a passé 5 mois à être soigné.

Le 2 février, la justice russe a condamné Navalny à 3 ans et demi de prison avec exécution immédiate, pour "une affaire d’escroquerie dans laquelle une condamnation avec sursis avait été prononcée contre lui".

Des affrontements éclatent, de temps à autre, dans le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, entre les forces gouvernementales et les séparatistes pro-russes qui ont entrainé la mort de 13 mille personnes, depuis qu'ils avaient déclaré leur indépendance en 2014, jusqu'à aujourd'hui.

En février 2015, les belligérants dans l'est de l'Ukraine ont conclu un accord de cessez-le-feu dans la capitale biélorusse, Minsk, qui prévoit le retrait des armes lourdes et des forces étrangères d'Ukraine, en laissant le contrôle sur l'ensemble de la frontière ukrainienne avec la Russie fin de 2015, un accord qui n'a pas été respecté.

*Traduit de l'arabe par Hend Abdessamad

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.