Monde

Ottawa “profondément attristé” par la violence en Colombie

-Le Canada s’est dit préoccupé par les troubles dans ce pays d’Amérique latine, en particulier par les « pertes en vies humaines »

Ekip   | 11.05.2021
Ottawa “profondément attristé” par la violence en Colombie

Canada

AA / Montréal / Hatem Kattou

Le Canada s’est dit « profondément attristé », lundi, par les pertes en vies humaines et par la situation tendue qui prévaut actuellement en Colombie, théâtre de manifestations imposantes lancées pour dénoncer une réforme fiscale controversée.

C’est ce qui ressort d’un communiqué mis en ligne, lundi, par le ministère canadien des Affaires étrangères sur son site électronique.

« Le Canada est profondément attristé par les pertes en vies humaines et les blessures subies en Colombie au cours de la semaine dernière », lit-on, notamment, dans le communiqué.

Ottawa a condamné, également, la « la violence, y compris l’usage disproportionné de la force par les forces de sécurité, et demande instamment que la violence cesse ».

« Les droits de réunion et d'association pacifiques sont les fondements de la démocratie et doivent être promus et protégés à tout moment », a tenu à rappeler la diplomatie canadienne.

Par ailleurs, le Canada s’est dit « préoccupé par les actes de vandalisme et les attaques dirigées contre des agents publics chargés de la protection de tous les citoyens colombiens ».

Ottawa demande, dans ce cadre, aux « responsables des barrages routiers de permettre le libre passage des biens et services essentiels pour combattre la pandémie de la Covid-19 ».

Le Canada a accueilli « favorablement l’engagement du gouvernement de la Colombie à enquêter de manière approfondie et de tenir pour responsables ceux qui pourraient être coupables d’avoir violé les droits de la personne au cours de ces événements ».

« Nous encourageons la poursuite du dialogue, qui est un moyen important de désamorcer les tensions actuelles », conclut le communiqué.

Des manifestations populaires organisées en Colombie pendant environ dix jours ont fait 26 morts et 1506 blessés dont 680 civils et 826 agents des forces de l’ordre. De plus, 90 personnes ont été portées disparues au cours de la même période.

La répression des manifestations a été condamnée par l’ONU, l’Union européenne, les Etats-Unis ainsi que par de nombreuses organisations des droits humains.

Le point de départ de ces manifestations a été la dénonciation d’une réforme fiscale initiée par le gouvernement et des politiques économiques

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın