Monde

Les sionistes ont commis des crimes dans les pays arabes pour pousser les Juifs à émigrer

-Pour le député Ofer Kassif, Israël doit reconnaître sa responsabilité dans la Nakba palestinienne de 1948

Meher Hajbi   | 03.12.2019
Les sionistes ont commis des crimes dans les pays arabes pour pousser les Juifs à émigrer

Quds

AA / Jérusalem / Abdel Raouf Arnaout

Un député juif de la Knesset a déclaré que “le mouvement sioniste a commis des crimes dans les pays arabes, dans le but de pousser les Juifs à émigrer”.

“Des témoignages, réalisés ces dernières années, ont révélé l'implication du mouvement sioniste dans la persécution des Juifs dans les pays arabes, en menant, notamment, une série d'attaques terroristes en Irak et dans d'autres pays”, a indiqué Ofer Kassif, un député juif membre de la liste commune comportant quatre partis arabes.

Kassif s'exprimait à la Knesset, lors d'une séance consacrée à la question des immigrants juifs expulsés des pays arabes d'origine. Des accusations réfutées auparavant par Israël.

“Sans négliger la contribution des pays arabes dans le bannissement des Juifs, nous devons nous poser les questions suivantes : jusqu'où le mouvement sioniste et les institutions israéliennes sont-ils allés pour encourager l'immigration en Israël ? Ont-ils versé du sang? Ont-ils incité à la haine? La réponse est malheureusement : Oui, ils l'ont fait”, a-t-il soutenu.

“Le bannissement des Juifs des pays arabes n'est pas encore guérie. Alors que beaucoup d'entre eux ont émigré ici sur fond idéologique, beaucoup d'autres ont été persécutés en raison des actes de violence et de haine, ayant mené à une expulsion en masse, selon une décision des autorités des pays arabes, considérant les juifs comme un groupe sioniste ennemi”, a-t-il déploré.

“De nombreuses familles juives, pas nécessairement des sionistes, sont des personnes dont la culpabilité était tout simplement leur identité, leur religion et leurs traditions”, a-t-il poursuivi.

“Il faut reconnaître que si certains Juifs de pays arabes étaient proches du sionisme et souhaitaient émigrer en Israël, toutefois beaucoup ne l'étaient pas et étaient considérés comme des agents infiltrés. Ils ont été persécutés, expulsés par la force ou sous pression et leurs biens ont été confisqués” a-t-il assuré.

Kassif a souligné que les gouvernements israéliens “ont avorté le processus d'indemnisation pour les Juifs expulsés des pays arabes”.

Il a ajouté que l'ancien Premier ministre israélien, Menahem Begin, avait lui-même inclus un article dans le traité de paix avec l'Egypte, qui interdisait les demandes d'indemnisation individuelles pour les Juifs déportés ou qui avaient fui d'Egypte. Le ministère israélien des Affaires étrangères a même bloqué la revendication d'une famille irakienne auprès du gouvernement irakien, de restituer ses biens".

"Israël l'avait fait pour utiliser cette même mesure contre les réfugiés palestiniens", a-t-il expliqué.

Pour le député juif, le gouvernement israélien, qui parle des droits des réfugiés juifs des pays arabes, devrait également reconnaître les droits des réfugiés palestiniens, y compris leur droit au retour.

“Affirmer que l'indemnisation des réfugiés palestiniens doit être liée à l'indemnisation des juifs bannis est un crime contre les deux camps”, a déclaré Kasif avant d'enchaîner “les réfugiés palestiniens ne sont pas coupables de persécution des juifs arabes et les juifs des pays arabes ne devraient pas attendre d'être indemnisés pour ce qu'ils méritent”.

“En reconnaissant la douleur des Juifs bannis des pays arabes, nous devons comprendre la douleur des personnes expulsées de la Nakba. L’exclusion, le pillage et la violence qui a coûté des vies, ont également affecté les Juifs au cours des siècles, nous devons donc être les premiers à reconnaître la douleur que nous avons causé à un autre peuple lors de la création de l'État” a-t-il jugé.

Il est à rappeler qu'Israël refuse de reconnaître sa responsabilité vis-à-vis du sort de millions de réfugiés palestiniens et refuse de leur accorder le droit au retour sur leurs biens avant la guerre de 1948.

En effet, les États-Unis et Israël cherchent à abolir l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA).

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın