Monde

Le président mexicain ne participera pas au Sommet des Amériques si les États-Unis excluent d'autres pays

- Lopez Obrador soutient la participation de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela au Sommet des Amériques prévu le mois prochain

Ekip   | 10.05.2022
Le président mexicain ne participera pas au Sommet des Amériques si les États-Unis excluent d'autres pays

Washington DC

AA / Mexico / Jorge Antonio Rocha

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré, mardi, qu'il ne participerait pas au prochain Sommet des Amériques si les États-Unis excluent d'autres pays, dont Cuba.

Au cours de son point de presse quotidien, Lopez Obrador a déclaré qu'il enverrait le ministre des Affaires étrangères Marcelo Ebrard représenter le pays au sommet de Los Angeles, en Californie, si Washington n'invite pas d'autres nations d'Amérique du Sud.

"Je ne veux pas que la même politique se poursuive en Amérique. Je veux affirmer l'indépendance et la souveraineté et démontrer à la communauté universelle que nous ne sommes pas pour la confrontation, mais pour la fraternité, pour l'union. Nous avons certes des différences, mais nous pouvons les résoudre, ne serait-ce qu'en nous écoutant les uns les autres, en dialoguant, mais en n'excluant personne", a déclaré Lopez Obrador lors de son point de presse.

Le gouvernement des États-Unis avait précédemment décidé de ne pas inviter Cuba, le Nicaragua et le Venezuela pour le sommet des Amériques prévu en juin.

Le président Joe Biden a ouvertement critiqué les gouvernements de ces pays, maintenant l'ensemble des sanctions économiques et diplomatiques imposées à ces trois nations.

Lors de sa visite à Cuba le 8 mai, Lopez Obrador a déclaré qu'il "insistera auprès du président Biden pour qu'aucun pays des Amériques ne soit exclu du sommet du mois prochain à Los Angeles."

Le dirigeant mexicain a en outre condamné l'attitude des États-Unis à l'égard de Cuba, critiquant le blocus économique qui pèse sur ce pays depuis 60 ans.

"J'ai dit très franchement qu'il n'est pas bon pour le gouvernement américain de recourir au blocus pour faire obstacle au bien-être du peuple cubain afin que celui-ci, poussé par la nécessité, se soulève contre son propre gouvernement", a déclaré Lopez Obrador lors d'une conférence de presse tenue dimanche.

À la question de savoir s'il pensait que ses récentes déclarations pouvaient nuire aux relations avec les États-Unis, le président mexicain a répondu que les deux pays entretenaient une "relation d'amitié et de respect".


*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.