Politique, Monde

L'accord de Suakin avec la Turquie ne menace pas la sécurité arabe

Dans un communiqué publié par le ministre plénipotentiaire et le responsable de presse de l'ambassade, dans lequel il a critiqué un article publié par un journal saoudien sur la visite d'Erdogan au Soudan.

Mona Saanouni   | 28.12.2017
L'accord de Suakin avec la Turquie ne menace pas la sécurité arabe

Sudan

AA/ Khartoum / Adel Abdelrheem

L'ambassade du Soudan en Arabie Saoudite a déclaré mercredi que la signature d'un accord entre la Turquie sur la réhabilitation du port de l'île de Suakin ne menace pas la sécurité arabe, a indiqué un communiqué du ministre plénipotentiaire et le responsable presse de l'ambassade Mutaz Ahmed Ibrahim.

Dans ce communiqué, dont Anadolu a eu copie, l'ambassade du Soudan à Riyad a déclaré que "le Soudan ne menace pas la sécurité arabe par la signature d'un accord pour la réhabilitation du port de Suakin" ajoutant que "cela n'a aucun lien avec le conflit entre le Soudan et l'Egypte concernant Halaïb et Chalatin".

Le président turc a clôturé dimanche une visite au Soudan où il s'était rendu accompagné de 200 hommes d'affaires, dans le cadre d'une tournée africaine.

Cette visite a été marquée par la signature de 21 accords dans plusieurs domaines.

Les relations entre l'Egypte et le Soudan sont actuellement sous tension à cause de certains litiges, notamment le conflit sur l'administration du triangle de Halaïb et le soutien de Khartoum au barrage de la Renaissance éthiopien auquel le Caire s'oppose par crainte pour sa part des eaux du Nil.

Ibrahim a affirmé que l'article intitulé "Suakin dans les bras d'Erdogan" publié mercredi par le journal saoudien Okaz représente "une atteinte au Soudan, à sa souveraineté et à son droit naturel d'établir des relations avec différents pays".

Il a souligné que le Soudan établie ces relations "pacifiquement, pour son intérêt et celui de son peuple et ce sans porter atteinte à la sécurité de la Nation arabe, qui constitue un pilier pour le Soudan, dans la construction de ses relations étrangères".

"Suakin est dans les bras du Soudan et nulle autre partie", a-t-il indiqué en critiquant le journal saoudien ayant répertorié la visite d'Erdogan au Soudan dans la case des "ambitions turques".

Le communiqué de l'ambassade du Soudan en Arabie Saoudite a également démenti le fait que le journal ait cité Reuters et l'AFP en tant que sources de ces allégations.

"J'ai moi-même lu les articles de Reuters et de l'AFP et elles n'y faisaient aucune référence à "des ambitions turques" au à "des menaces contre la sécurité arabe", a-t-il assuré.

Le journal Okaz a publié un article intitulé "Khartoum offre Suakin à Ankara .. Le Soudan dans les bras de la Turquie" et l'a attribué aux agences de presse Reuters et l'AFP.

Le journal a mentionné des "ambitions turques" en Afrique et a fait référence à la critique égyptienne de l'accord entre le Soudan et la Turquie sur Suakin.

Mardi, le ministre soudanais des Affaires étrangères, Ibrahim Ghandour, avait déclaré que lors de sa visite au Soudan, Erdogan avait demandé à son homologue Omar el-Béchir que l'île de Suakin soit accordée à la Turquie pour l'investissement.

Il avait précisé que la requête du président turc concerne "uniquement l'île de Suakin et pas toute la région".

Le ministre soudanais a ajouté que le président el-Béchir avait accepté que la zone devienne touristique dans le cadre d'un partenariat d'investissement entre les deux pays".

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın