Monde

La violence des colons suscite un vif différend entre Israël et l'UE

- Des diplomates et des ambassadeurs de 16 pays européens ont déposé une protestation officielle conjointe portant sur la violence des colons israéliens contre les Palestiniens.

Abdel Ra'ouf D. A. R. Arnaout   | 07.01.2022
La violence des colons suscite un vif différend entre Israël et l'UE

Quds

AA / Jérusalem

Un rapport israélien a révélé qu'un différend entre l'Etat hébreu et l'Union européenne (UE) avait éclaté à la suite d’une protestation officielle conjointe déposée par des diplomates européens portant sur la "violence des colons" contre les Palestiniens en Cisjordanie.

Le site d'information israélien Walla a déclaré que le différend avait éclaté, il y a environ deux semaines, à l’arrivée de diplomates européens au ministère israélien des Affaires étrangères, pour protester contre la politique israélienne dans les territoires palestiniens occupés.

Le site a fait savoir que "des diplomates et des ambassadeurs de 16 pays européens se sont rendus au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem (ouest), il y a environ deux semaines, pour tenir une réunion de routine avec la directrice du département européen au sein de la diplomatie israélienne, Aliza Bin-Noun, concernant la situation en Cisjordanie.

La même source a ajouté, citant trois diplomates européens et israéliens, sans les nommer, que la réunion était très tendue.

Le site Walla a déclaré : "des représentants de pays européens, dirigés par le Royaume-Uni, ont assisté à la réunion principalement pour déposer une protestation officielle conjointe portant sur la violence des colons contre les Palestiniens en Cisjordanie.

La même source a affirmé que "lorsque les diplomates européens sont arrivés pour rencontrer Bin-Noun, qui était auparavant ambassadrice d'Israël en France, ils ont commencé à énumérer un large éventail de problèmes tels que la violence des colons, la construction dans la zone sensible E1 à proximité de Ma'aleh Adumim (Jérusalem-Est) et la construction dans le quartier Givat Hamatos (colonie) à Jérusalem-Est, ainsi que la situation dans la zone C, en Cisjordanie.

"Bin-Noun, qui a écouté les plaintes et examiné la lettre de protestation qui lui a été présentée par les diplomates européens, a répondu très vivement et a déclaré que les allégations européennes étaient insolentes", a rapporté le site d’information.

Le site a indiqué que la responsable israélienne "a critiqué les diplomates européens en déclarant : "après tout ce que le nouveau gouvernement d'Israël a fait pour les Palestiniens, vous venez vous plaindre ?".

Certains diplomates européens qui ont assisté à la réunion ont déclaré qu'ils souhaitaient avoir un dialogue professionnel et non émotionnel sur les questions qui les concernent, mais Bin-Noun a refusé d'engager une discussion objective sur les points qu'ils avaient soulevés.

Ils ont souligné que Bin-Noun s'est adressée à eux en disant : "vous m’agacez".

"Des diplomates européens ont déclaré que l'atmosphère durant la réunion était très tendue et que Bin-Noun est devenue incontrôlable très rapidement", a rapporté le site Walla.

Et d’ajouter : "de nombreux ambassadeurs européens ont tenté de rassurer Bin-Noun, mais en vain, et la réunion a dégénéré et s'est terminée par une crise majeure".

À la suite de ces faits, le site Internet a rapporté les propos du porte-parole de la diplomatie israélienne, Lior Hayat, qui a déclaré : "le dialogue avec les Européens concerne plusieurs questions à l'ordre du jour, notamment le renforcement de la coopération sur de nombreux dossiers, avec l'existence de divergences".

Et Hayat d’ajouter : "à un moment où les relations se réchauffent, les positions et les revendications européennes sont parfois présentées d'une manière que nous n'acceptons pas, et il est juste d'y répondre de manière claire et nette, même si notre réponse n'est pas clémente envers les Européens".

Les pays européens ont récemment protesté contre la violence des colons à l'encontre des Palestiniens en Cisjordanie et se montrent de plus en plus critiques à l'égard des activités de colonisation israéliennes.

Les pays européens demandent à Israël d'arrêter le projet d'extension de la colonie Ma'aleh Adumim, à l'est de Jérusalem, en direction de Jérusalem-Ouest en construisant des milliers d'unités de logement, en plus de l’annulation de la construction de la colonie Givat Hamatos sur les terres de Beit Safafa, au sud de Jérusalem-Est.

L'Union européenne considère, selon de nombreuses déclarations qu'elle a publiées ces dernières années, que la construction de la colonie de Givat Hamatos et l'extension de la colonie de Ma'aleh Adumim, anéantiront les chances d'une solution à deux États qui stipule la coexistence d’un État palestinien à côté de l'État d'Israël.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.