Monde

La France et l'UE soutiennent les sanctions de la CEDEAO à l'encontre des dirigeants maliens

- Le Président français Emmanuel Macron a tenu une conférence de presse conjointe, à l'Élysée, avec le président du Conseil européen Charles Michel.

Fatma Bendhaou   | 11.01.2022
La France et l'UE soutiennent les sanctions de la CEDEAO à l'encontre des dirigeants maliens

France



AA / Paris / Ümit Dönmez


La France et l'Union européenne (UE) ont exprimé, mardi, leur soutien ferme aux lourdes sanctions décidées dimanche par la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) à l'encontre de l'État malien.

Lors d'une conférence de presse conjointe tenue à l'Élysée avec le président du Conseil européen Charles Michel, le Président français Emmanuel Macron a précisé que le bloc européen s'apprêtait également à imposer des sanctions à l'État sahélien. Il est prévu qu'une réunion informelle des ministre des Affaires étrangères des pays membres de l'UE se tienne à Brest (France) cette semaine pour évoquer le sujet.

"D'ici à la fin du mois, il y aura une réunion formelle pour que l'UE et l'ensemble des pays qui la composent puissent accompagner cette décision de sanctions", a déclaré Emmanuel Macron, soulignant la détermination de l'UE à poursuivre l'"européanisation" de son approche dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

La France, qui assure une présence militaire au Mali depuis 2013, a engagé en 2021 une réorientation de son dispositif sécuritaire dans la région du Sahel et tenté, en vain, de dissuader les dirigeants maliens d'accueillir le groupe militaire privé russe Wagner dans leur pays. Le Président français avait annulé en décembre dernier une visite prévue au Mali pour rencontrer son homologue Assimi Goïta et célébrer Noël avec les soldats français présents sur place.


La CEDEAO a annoncé, dimanche, la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre le Mali et les autres pays du bloc économique ouest-africain ainsi que la suspension de toutes les transactions commerciales, à l'exception des produits essentiels de consommation et équipements médicaux. Le bloc économique a également décidé du gel des avoirs de la République du Mali dans les Banques centrales et commerciales de la CEDEAO et la suspension du Mali de toute aide financière des institutions financières de la CEDEAO (BIDC et BOAD).

En réaction à ces sanctions, à l'issue d'une réunion du conseil des ministres qui s'est tenu lundi sous la présidence du Colonel Assimi Goïta, président de la Transition au Mali, le gouvernement malien a appelé l'ensemble de la population malienne à une "mobilisation générale" le vendredi 14 janvier 2022.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın