Monde

La France condamnée par la CEDH pour une peine trop lourde à l'encontre du cofondateur d'Action directe

- Jean-Marc Rouillan, cofondateur du groupe armé terroriste "Action directe", avait été condamné pour apologie du terrorisme.

Ümit Dönmez   | 23.06.2022
La France condamnée par la CEDH pour une peine trop lourde à l'encontre du cofondateur d'Action directe

France

AA / Paris / Ümit Dönmez


La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné, jeudi, la France pour avoir prononcé une peine de prison trop lourde à l'encontre du cofondateur du groupe armé terroriste d'extrême gauche, "Action directe".

Jean-Marc Rouillan avait été condamné en appel, en 2017, à 18 mois de prison, dont dix fermes, pour "complicité d'apologie publique d'actes de terrorisme".

Dans une interview accordée à un média marseillais en 2016, l'homme qui avait passé 25 ans en prison pour des assassinats à caractère terroriste, avait évoqué ce qu'il avait décrit comme "le courage" avec lequel se seraient battus les terroristes du 13 novembre.

"Je les ai trouvés très courageux, ils se sont battus très courageusement. Ils se battent dans les rues de Paris, ils savent qu’il y a 2 000 ou 3 000 flics derrière eux", avait-il déclaré.

Devant les juges du Tribunal correctionnel de Paris, en 2016, Rouillan avait estimé qu’il aurait dû employer le "déterminés", plutôt que "courageux".

La CEDH a jugé que la peine à l'encontre de Rouillan n'était pas "proportionnée", sans pour autant contester sa condamnation pour apologie du terrorisme.


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.