Monde

La désertification affecte la vie de près de 2 milliards de personnes dans le monde

- 12 millions d'hectares de terres agricoles endommagées chaque année par l'érosion, le recours excessif aux engrais chimiques et la pollution, selon la dirigeante d'un groupe environnemental turc

Burak Bir   | 17.06.2021
La désertification affecte la vie de près de 2 milliards de personnes dans le monde

Ankara

AA / Ankara / Burak Bir

La désertification affecte la vie de quelque 2 milliards de personnes dans le monde et transforme les gens en "migrants écologiques", affirme la dirigeante d'un groupe environnemental à but non lucratif.

Dans un entretien accordé à l'Agence Anadolu à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, Deniz Atac, présidente de la Fondation turque pour la lutte contre l'érosion pour le reboisement et la protection des habitats naturels (TEMA), a déclaré que la dégradation des sols entraîne une réduction de 11 % de la production agroalimentaire.

Célébrée le 17 juin de chaque année, la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse est une journée instituée par les Nations unies en vue de faire évoluer les attitudes du public à l'égard des principaux facteurs de désertification et de dégradation des sols.

"La dégradation des sols engendre un affaiblissement de la productivité des terres, de la biodiversité, du potentiel de séquestration du carbone et de tous les éléments de l'écosystème naturel, y compris les zones humides. En résumé, [la désertification] est synonyme d'appauvrissement, de manque de nourriture, de sécheresse accrue et de soif", a-t-elle déclaré, précisant que la désertification désigne la dégradation des terres dans les zones arides.

Soulignant que les régions arides ont des écosystèmes fragiles et qu'elles souffriront le plus du changement climatique, Deniz Atac a déclaré que les sécheresses dans ces régions arides sont appelées à augmenter et à s'intensifier.

"12 millions d'hectares (29,7 millions d'acres) de terres agricoles sont endommagés chaque année en raison de l'érosion, de la mauvaise gestion des sols, du recours excessif aux engrais chimiques, de l'utilisation de pesticides à des fins agricoles, de l'irrigation excessive et incorrecte et de la pollution", a-t-elle ajouté.

Et de souligner qu’avec "la destruction des forêts tropicales, les régions tropicales au climat humide ont commencé à être confrontées au danger de la désertification, même dans ce climat humide... La désertification affecte la vie de quelque 2 milliards de personnes, réduit leur bien-être, engendre des pénuries alimentaires et transforme les gens en migrants écologiques".

S'agissant des mesures à prendre pour endiguer la désertification et la sécheresse, Deniz Atac estime que la priorité est de prévenir la dégradation des sols, de lancer immédiatement des activités de restauration et de promouvoir des politiques agricoles durables.

Elle a également rappelé que les Nations unies ont préparé le rapport " Restauration des écosystèmes pour les personnes, la nature et le climat " à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse de cette année.

La Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification a annoncé que le thème de la journée de cette année est "Restauration. Terre. Reprise. On reconstruit mieux avec une terre saine".


- L'importance de la restauration de la nature


"Le travail de restauration et la prévention de la destruction des terres et des forêts sont également importants dans le cadre de la lutte contre la perte de biodiversité, ainsi que la lutte contre le changement climatique et la réduction de ses effets", a-t-elle expliqué.

Soulignant que la température mondiale est déjà supérieure de plus de 1°C à celle de l'ère préindustrielle et que les glaciers des pôles continuent de fondre, Atac a déclaré que les travaux de restauration se révèlent nécessaires pour rétablir le seuil de réchauffement climatique qui a été dépassé.

"On estime que les travaux de restauration à effectuer sur seulement 15% des terres dégradées dans le monde permettront de réduire de 60% la perte de certaines espèces", a-t-elle ajouté.

Affirmant que la destruction des forêts et de la végétation naturelle accroît la sécheresse, la présidente de la TEMA a déclaré que le risque de désertification dans les régions tropicales au climat humide en est un exemple typique.

Au sujet des actions de la TEMA sur le terrain, Deniz Atac a indiqué que la fondation poursuit ses activités dans cinq domaines clés, à savoir la sylviculture, le lobbying et les politiques environnementales, le développement rural, l'éducation et l'organisation, et le bénévolat.

Elle a ajouté que la TEMA développe actuellement deux projets importants. Le premier est le projet Hayrettin Karaca relatif aux forêts naturelles anciennes, qui a été lancé pour répertorier et cartographier les forêts anciennes de la région orientale de la mer Noire en Turquie.

Le projet a été baptisé en l'honneur de Hayrettin Karaca, le fondateur de la TEMA, qui était également connu sous le nom de ''Grand-père Terre''. Il est décédé en 2020 à l'âge de 97 ans.

Un second projet, baptisé Projet Nihat Gokyigit, porte sur la biodiversité. Il a été lancé pour sensibiliser le public et minimiser la perte de biodiversité due à l'activité humaine.

Fondée en 1992, la TEMA est le principal groupe de défense de l'environnement de Turquie. Elle se concentre sur la préservation de la nature en luttant contre l'érosion et en menant des projets de reboisement.


*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.