Monde

La Chine met en garde la Belgique contre la détérioration de leurs relations en raison des Ouïghours

- Les députés belges ont adopté un texte mettant explicitement en garde contre un "grave danger de génocide" visant la minorité musulmane des Ouïghours en Chine

Mennatallah H. H. M. Said A.   | 16.06.2021
La Chine met en garde la Belgique contre la détérioration de leurs relations en raison des Ouïghours

Beijing

AA / Pékin / Siham Al-Khouli

Pékin a mis en garde la Belgique, mercredi, contre la détérioration des relations entre les deux pays, après l'adoption par une commission législative du parlement belge d'un texte prévenant d'un "grave risque de génocide" visant la minorité musulmane des Ouïghours au Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré, lors d'une conférence de presse, que la décision des députés "est une tentative de saper la stabilité sociale au Xinjiang et d'entraver le développement de la Chine", selon un communiqué du ministère.

Le porte-parole a en outre averti que les députés risquaient ainsi de " nuire à l'état général des relations entre la Chine et la Belgique ", et a exigé que l'erreur soit rectifiée " immédiatement. "

La Chambre des représentants belge devrait ratifier ledit texte lors d'une session plénière prévue début juillet.

La position des députés belges intervient après que le Parlement néerlandais ait adopté, à la fin du mois de février dernier, une proposition non contraignante qui qualifie de "génocide" le traitement infligé par la Chine à la minorité musulmane des Ouïghours.

En février également, le Canada a adopté une résolution non contraignante concernant le traitement des Ouïghours en Chine, qu'il a également qualifié de "génocide".

La Chine contrôle depuis 1949 le territoire du Turkestan oriental, où vit la minorité turque musulmane des Ouïghours, et le désigne sous le nom de "Xinjiang", qui signifie "la nouvelle frontière".

En août 2018, un groupe d'experts des droits de l'homme des Nations unies a indiqué que la Chine détenait environ un million de musulmans Ouïghours dans des camps secrets au Turkestan oriental.

Le 17 novembre, le journal américain "New York Times" a publié un rapport révélant des fuites de documents du gouvernement chinois, qui contiennent des détails sur la répression exercée par Pékin contre un million de musulmans Ouïghours et d'autres musulmans dans des camps de détention au Turkestan oriental.


*Traduit de l’Arabe par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.